À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Un excellent service

Depuis un certain temps, je me rends à la clinique d’antibiothérapie du CLSC du boulevard de la Gappe à Gatineau, pour y recevoir un médicament par voie intraveineuse. Je tiens à souligner la grande qualité du service offert par les infirmières. Celles-ci sont très méticuleuses, font preuve d’empathie et d’attention, ont un sens marqué du travail en équipe. Ces qualités permettent d’établir un lien de confiance essentiel avec le patient. 

Leur travail est le reflet de l’excellent service offert par des centaines d’infirmières en Outaouais, souvent dans des conditions plus difficiles. Le nouveau gouvernement doit respecter son engagement d’améliorer leurs conditions de travail, pour les attirer et les retenir dans le réseau de la santé, face à la forte concurrence des hôpitaux d’Ottawa.

Gilbert Langelier, Gatineau


Vent d’air frais

La semaine dernière une personne m’a tendu la main. Elle s’était aperçue que je peinais à payer mon repas au KFC (je vidais simplement mon porte-monnaie) qui était devenu trop lourd. J’ai poliment refusé son offrande et l’ai remercié chaleureusement. Quelle belle surprise !

Je peux vous rassurer : le glas n’est pas prêt de sonner pour le genre humain. Continuons de tendre la main ou l’oreille... Aidons-nous les uns les autres.

J.E. Chéné, Gatineau


Aider le covoiturage

Le ministère des Transports du Québec a fait des études sur les problèmes de circulation dans la région. Plusieurs scénarios ont été envisagés et par la suite abandonnés. Nulle part on ne parle de bonifier le covoiturage ? Avouons que résider à 35 km de son travail est une source de frustration quotidienne. Il faut peut-être une médecine de cheval et imposer sur les autoroutes 50 et 5 une voie réservée aux autobus et au covoiturage et l’autre réservée aux gens qui préfèrent être seul dans leur automobile. 

Je suis pas mal certain qu’après quelques semaines le changement serait devenu normal et apprécié des usagers. Il faudrait faire des campagnes de sensibilisation avec un compte à rebours : vous avez, disons 30 jours, avant le mise en place de ce nouveau mode d’utilisation des routes… organisez-vous ! Cela prendra du courage des politiciens et des fonctionnaires mais tous y gagneraient.

Denis Girard, Gatineau

------------------------------------------

LA QUESTION DU JOUR

Et vous, que pensez-vous de la déclaration d’impôt unique préparée par le Québec? Faisable ou non ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.