Une majorité des membres du conseil municipal de la Ville de Gatineau a fait preuve de vision et respect en refusant d’approuver le projet visant le 22, rue Principale dans son état actuel.

22, Principale, la communauté entendue

OPINION / Une majorité des membres du conseil municipal de la Ville de Gatineau a fait preuve de vision et respect en refusant d’approuver le projet visant le 22, rue Principale dans son état actuel.

Ce rejet qui, semble-t-il, n’est pas définitif, ne signifie pas que le promoteur est empêché de construire un immeuble important au cœur du site patrimonial, mais qu’il devra le faire en portant davantage attention aux valeurs et aux caractéristiques qui justifient la protection du site en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel.

Il faut dédramatiser la situation du promoteur, car, après tout, il ne s’agit ni de le déposséder le ni de lui interdire de contribuer à la valorisation du site patrimonial par l’insertion d’un immeuble exemplaire. Il s’agit de concilier son intérêt particulier légitime avec le fait que tant la Loi sur le patrimoine culturel que la réglementation municipale créant le site déclarent que sa mise en valeur est d’intérêt public. Cet intérêt se trouve d’ailleurs confirmé par l’appel de la communauté lancé aux élus en faveur du respect du cœur historique d’Aylmer. On ne peut pas faire comme si la Loi et la communauté n’existaient pas.

On nous apprend que des discussions seront entreprises avec le promoteur dans le but de « sauver » ce projet. Nous saluons la volonté de poursuivre le dialogue, mais il faut éviter que l’on sacrifie, dans la précipitation du moment, la rigueur d’une véritable démarche d’évaluation du projet conforme à la Loi. Ces discussions ne pourront pas consister en un marchandage de dernière minute, à l’abri du regard des citoyens, afin de régler au rabais l’enjeu central ici qu’est l’harmonisation des volumes architecturaux.

Enfin, qu’arrivera-t-il si ces démarches échouent ? Nous sommes confiants qu’après avoir rejeté ou demandé la bonification patrimoniale du projet, les conseillers majoritaires n’abandonneront pas subitement leur engagement envers l’intérêt public et la communauté en approuvant le projet s’il revient inchangé devant le conseil. Ils ne pourront que le rejeter dans sa forme actuelle, ou si les modifications proposées ne sont pas conséquentes, ce qui ne sera qu’une main tendue au promoteur l’invitant respectueusement à proposer une nouvelle vision du développement durable dans le plus ancien et le plus grand site patrimonial protégé sur le territoire de Gatineau. Et la communauté sera au rendez-vous pour engager le dialogue.

Roger Blanchette,

Vice-président du Musée de l’Auberge Symmes

Micheline Lemieux,

Présidente, de l'Association du patrimoine d’Aylmer

Ghislain Otis,

Regroupement ad hoc de citoyens concernés par le 22, Principale