Denise Bombardier a tenu des propos controversés lors de sa dernière apparition à l'émission «Tout le monde en parle».

Vivre en Français au Canada en francophonie minoritaire

OPINION / Denise Bombardier anime actuellement un débat sur la survie des communautés francophones en milieu minoritaire canadien. On peut lui donner le bénéfice du doute en pensant que sa prise de position suscitera une prise de conscience dans les communautés et auprès des leaders politiques de la précarité de ces communautés. Cependant, en observant les réactions qu’elle suscite dans ces milieux on peut se demander si elle prend les bons moyens.

Son cri du cœur à la fin de l’émission Tout le monde en parle sur la défense du français et la responsabilité des pouvoirs publics, tant au Québec qu’au Canada, ne semble pas faire oublier les jugements négatifs qu’elle pose au sujet de la qualité de la langue parlée dans nos communautés et à la limite sur la viabilité du français è l’extérieur du Québec. Si on se fie à son diagnostic, les francophones hors Québec sont condamnés, au moins à une mort lente ou à la disparition complète dans quelques décennies tout au plus. Si on adhère à son discours, aussi bien baisser les bras, aussi bien dire que le fait français a vécu au Canada anglais et qu’il faudra bien un jour ou l’autre en faire son deuil.

Mme Bombardier attire notre sympathie quand elle fait référence à ses origines et au fait qu’elle a évolué dans son enfance dans un milieu où le joual dominait. Par ses efforts et probablement par un concours de circonstances, elle a réussi à accéder à la culture universelle et à parler un français normé.

Comme elle a fait référence à son enfance, je voudrais bien lui faire part de mon parcours en Acadie du Nouveau-Brunswick dans les années 1950 et 1960. Avez-vous, Mme Bombardier, étudié les rudiments des mathématiques en 3e année en anglais, moi oui! Avez-vous étudié The History of England en 3e année? Moi oui! Avez- vous déjà pleuré à chaudes larmes au primaire après que votre professeur vous ait lu La dernière classe d’Alphonse Daudet. Moi oui!

Que ceci vient-il faire dans le débat? Ne devrait-on pas dire que dans un tel contexte, l’Acadie du Nouveau-Brunswick était vouée à la disparition à court terme? Et pourtant non. Ayant en la chance d’étudier dans un collège classique, un petit nombre d’entre nous avons appris à parler et écrire le français de façon convenable! Je connais des Acadiens de ma génération qui ont étudié au plus haut niveau dans les plus grandes universités du monde, qui ont gardé leur identité francophone et qui assument des fonctions importantes dans la société.

Dans mon cas personnel, j’ai pu faire un doctorat dans une grande université américaine. Le hasard a fait que nous étions deux étudiants au doctorat, un Franco-Ontarien et moi, un Acadien. Un jour surpris de nos bonnes notes dans nos travaux soumis en anglais, j’ai interrogé mon professeur à savoir pourquoi nos notes étaient parmi les meilleures et souvent supérieures à celles de nos collègues américains. La réponse fut simple. Il m’a dit, c’est vrai que vous écrivez dans une langue qui n’est pas votre langue maternelle, mais vous savez écrire! Deux personnes issues de milieux populaires et de la francophonie minoritaire qui malgré la précarité de leur milieu d’origine ont réussi à accéder à la culture universelle dont Mme Bombardier se targue.

Si on transpose ces destins individuels au niveau des destins des collectivités, ne doit-on pas reconnaître que malgré des statistiques qui peuvent apparaître préoccupantes, qu’il existe une vitalité linguistique dans les communautés francophones minoritaires au Canada ? 

Si on prend l’exemple du Nouveau-Brunswick, en 1950, alors que j’avais 7 ans, il n’y avait pas d’université francophone digne de ce nom, alors que les anglophones avaient deux universités, dont l’une établie avec l’arrivée des loyalistes au moment de la création de la province. Soixante-dix ans plus tard, l’Université de Moncton, la plus grande université entièrement de langue française au Canada anglais, a décerné des dizaines de milliers de diplômes universitaires et elle offre des programmes aux trois cycles d’études. N’est-ce pas là un signe tangible que les francophones de la minorité ont maintenant des moyens de lutter à armes égales dans les enjeux et défis qui les confrontent?

Donc, Mme Bombardier, il y a plusieurs façons d’animer un débat sur l’avenir de la francophonie minoritaire dans les provinces anglophones. Les francophones minoritaires ont besoin de personnes comme vous pour souligner la précarité de leur situation, mais je vous suggère de rajuster votre discours si vous souhaitez contribuer à l’épanouissement de ces communautés. Il faut avoir confiance dans la résilience des communautés francophones minoritaires. Dans le cas des Acadiens qui sont revenus d’exil après la déportation, ils ont du faire faire preuve de résilience pour arriver là où nous en sommes aujourd’hui. Selon vous, quelle était la probabilité statistique que les Acadiens du Nouveau-Brunswick du XVIIIe siècle soit au XXIe siècle le tiers de la population provinciale? Probablement près de zéro. Et pourtant c’est arrivé! Nous attendons de vous que vous témoignerez une plus grande confiance dans la résilience de la francophonie canadienne.

L'auteur est Jean-Bernard Robichaud, citoyen de Gatineau.