Le parc de la Gatineau est l’un des parcs les plus visités de l’Amérique du Nord et un moteur économique de premier plan dans la région.
Le parc de la Gatineau est l’un des parcs les plus visités de l’Amérique du Nord et un moteur économique de premier plan dans la région.

Une loi pour protéger le parc de la Gatineau

À vous la parole
À vous la parole
Nous allons tirer plusieurs leçons de la pandémie qui sévit au Canada qu’à travers le monde.

Nous allons tirer plusieurs leçons de la pandémie qui sévit au Canada qu’à travers le monde. Nous allons devoir revoir, en fond et comble, notre relation avec la nature et offrir beaucoup plus d’espace aux espèces fauniques et floristiques qui nous côtoient. L’achalandage élevé qu’on observe dans nos parcs et milieux naturels va se poursuivre, démontrant l’importance de se ressourcer en nature durant des périodes de crise.

La popularité du parc de la Gatineau cet été et les conflits qu’on observe (fermeture des plages, fermeture des promenades aux voitures à certains temps, stationnements qui débordent...) entre usagers du parc, résidents et le désir de protéger cet écosystème ne cesseront pas, en effet, nous allons-en voir de plus en plus. Le parc de la Gatineau est l’un des parcs les plus visités de l’Amérique du Nord et un moteur économique de premier plan dans la région. Selon la Commission de la capitale nationale, quelque 4700 emplois à temps plein dépendent directement du parc de la Gatineau.

Ces emplois et les activités récréatives qu’on aime pratiquer dans le parc de la Gatineau, sans compter toutes les espèces animales et végétales qui y vivent – sont à risque si nous ne prenons pas des mesures immédiates pour ancrer les limites du parc dans une loi du Parlement, pour faire en sorte que la première orientation de gestion soit le maintien et la restauration de l’intégrité écologique du territoire, pour freiner la vente et le développement de terrains faisant partie du parc – y compris les terrains privés. Quelque 140 résidences se sont construites dans le parc au cours des 30 dernières années – ayant un impact négatif sur la nature sauvage du parc tout en limitant l’accès du public à certains endroits.

Nous demandons donc au gouvernement fédéral de faire preuve de leadership en prenant des mesures concrètes pour protéger le parc de la Gatineau – en passant une loi du Parlement octroyant au parc de la Gatineau les mêmes protections qu’on accorde à nos parcs nationaux et plusieurs parcs provinciaux – le tout peut se faire en modifiant la Loi sur la capitale nationale. De plus, la CCN doit avoir les outils et les ressources nécessaires, y compris l’appui et la volonté politique, pour acquérir les propriétés privées avant que ceux-ci soient développés ou encore lorsqu’ils sont mis en vente.

Une loi forte et un plan directeur qui en découle avec une emphase sur la conservation feront en sorte que les générations futures pourront bénéficier du parc de la Gatineau tout comme nous.

John McDonnell, directeur général de la Société pour la nature et les parcs du Canada, Gatineau, Québec