Santé mentale chez les jeunes entrepreneurs: il devient urgent d’agir

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
OPINIONS / Depuis plusieurs années déjà, une multitude d’études relèvent la forte prévalence de l’anxiété et de troubles de santé mentale chez les jeunes adultes, étudiants, entrepreneurs ou professionnels, motivant d’ailleurs la production de notre propre étude La santé mentale des entrepreneurs: des résultats troublants! à ce sujet en 2018. En effet, un entrepreneur canadien sur deux témoignait déjà que des problèmes de santé mentale nuisent à sa capacité de travailler, la principale source d’anxiété s’avérant être l’argent pour les deux tiers d’entre eux. Récemment, l’Université de Sherbrooke présentait un rapport encore plus troublant: 37 % des jeunes adultes de 18 à 24 ans répondent à des critères d’anxiété ou de dépression majeure.

Or, avec la crise de la COVID-19, la situation empire chaque jour. Pour reprendre les mots de la Dre Christine Grou, présidente de l’ordre des psychologues du Québec, «la deuxième vague risque d’être plus difficile sur le plan psychologique que la première [...]. Si on ne s’occupe pas de la santé mentale, la santé mentale va s’occuper de nous.»

Avant la crise, chaque semaine, environ 500 000 Canadiens s’absentaient de leur travail à cause de problèmes de santé mentale. Alors que l’isolement et le stress viennent peser sur les épaules des jeunes entrepreneurs, la situation ne peut que s’être aggravée, avec des résultats encore plus catastrophiques. Face à ces pronostics alarmants et en vertu de la volonté affichée des gouvernements d’aider, les Jeunes chambres de commerce et Ailes jeunesse du Québec, en partenariat avec des acteurs du milieu, tirent la sonnette d’alarme. Collectivement, notre inquiétude relève avant tout de la santé mentale de nos membres confrontés à des symptômes d’anxiété et d’isolement inédits, mais aussi des futurs effets de la pandémie sur l’esprit entrepreneurial et le développement économique au Québec. Sans un soutien accru à notre précieuse relève d’affaires, les enjeux économiques auxquels nous devront faire face s’accumulent: des coûts monstrueux liés à la perte de productivité des professionnels, de la fermeture de PME et du ralentissement de la création d’entreprises, sans parler des coûts liés à l’explosion des prestations du système de santé.

Préoccupé par les évènements, le RJCCQ traite de ces enjeux dans son livre blanc Propositions pour une relève d’affaires résiliente, publié en septembre 2020. En plus d’investissements supplémentaires dans le soutien psychologique, le RJCCQ propose:

→ la nomination d’un ministre délégué à la santé mentale qui travaillerait de manière horizontale avec tous les ministères afin d’assurer une accessibilité aux ressources en santé mentale dans toutes les sphères de la société québécoise;

→ une subvention pour une formation de premiers répondants de bénévoles issus du monde des affaires, mobilisés par le RJCCQ, au service des membres de la relève en situation de détresse à travers toute la province;

→ dans l’optique de briser l’isolement des entrepreneurs, la mise en place par le gouvernement du Québec d’une plateforme de soutien psychologique par des professionnels et par les pairs, dont le volet numérique serait géré par le RJCCQ et le volet terrain par les Jeunes chambres de commerce et Ailes jeunesses;

→ pour répondre aux enjeux économiques liés à la détresse psychologique de notre relève d’affaires, le RJCCQ réitère sa demande d’instaurer le Fonds avenir Québec avec une dotation de 50 millions de dollars, dont une partie des fonds seraient affectés à la résolution des enjeux de santé mentale susmentionnés, et dont la gestion serait confiée au RJCCQ avec l’aide d’un conseil indépendant.

Sans une relève d’affaires psychologiquement apte à affronter les défis de demain, il est impossible de planifier adéquatement une relance économique résiliente et réussie. Il est temps que le Québec reconnaisse le problème, qu’il cesse d’être tabou et que l’on dote enfin nos étudiants, jeunes entrepreneurs et professionnels d’un réel soutien lorsqu’ils traversent une situation de détresse psychologique. Le RJCCQ et ses membres pressent le gouvernement d’agir afin de résoudre une troisième vague, cette fois-ci liée à la détresse psychologique, avant qu’elle n’impacte gravement l’économie québécoise.

Jade Marcil, présidente

Union étudiante du Québec (UEQ)

Jonathan Brazeau, coordonnateur

Écoute Entraide

Pierre Graff, président-directeur général

Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec (RJCCQ)

Lassana Mané, président du Bureau de direction

Réseau des Entrepreneurs et Professionnels Africains – REPAF

Abdellah Ameur, directeur régional

REPAF Abitibi-Témiscamingue

Cindy Ho, présidente

Association des jeunes professionnels chinois et asiatiques (YCPA)

Maxime Valiquette-Chapleau, directeur général

Jeune Chambre de Drummond

Yan Rousselle, président

Aile Jeunesse Chambre de commerce et d’industrie du Haut-Richelieu

Hector Giraldo, directeur général

Chambre de commerce Latino-Américaine du Québec

Cindy Gabriel, présidente

Comité relève d’affaires, Chambre de commerce et d’industrie de Laval

Joannie Bournival, directrice générale

Jeune Chambre de la Mauricie

Déborah Cherenfant, présidente et porte-parole

Jeune Chambre de commerce de Montréal

Tommy Millette, président

Comité relève en affaires de la Chambre de commerce et d’industrie de Rouyn-Noranda

Simon Mc Nicoll, vice-président Jeunesse

Aile Jeunesse de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord

Véronique Blais, présidente

Jeune Chambre de commerce de Sherbrooke

Charlène Lepage, présidente

Aile jeunesse de la Chambre de commerce et d’industrie du Sud-Ouest de Montréal

Chaïma Ben Miloud, présidente

Jeune Chambre tunisienne Québec

Jean-Simon Campbell, président

Jeune chambre de commerce de Québec

Fabrice Ntompa Ilunga, président

Jeune Chambre du Congo-Kinshasa au Québec

Jean-Philippe Bélisle, président

Jeune chambre de commerce et d’industrie Saint-Laurent - Mont-Royal

Janie Fontaine et Éric Devost, coprésidents

Comité de la Relève en affaires de la Chambre de commerce de la grande région de Saint-Hyacinthe

Jude Pierre, président

Jeune Chambre de commerce Haïtienne

Natasha Canin, directrice générale

Jeune Chambre de commerce de Victoriaville

Jessé Larose, porte-parole et président

Aile jeunesse de la Chambre de commerce et d’industrie Les Moulins