Chaque année, plus de 1000 Québécois sont victimes du suicide — trois par jour — et près de 30 000 attentent à leur vie, souvent avec séquelles graves.

Pour une Commission spéciale indépendante sur le suicide au Québec

OPINION / À François Legault, Premier ministre du Québec,

C’est appuyés par plus de 200 familles endeuillées par le suicide d’un être cher et des milliers de proches aimants représentant toutes les régions du Québec que nous vous demandons d’intervenir personnellement pour mettre un terme au suicide de plus d’un millier de Québécoises et de Québécois chaque année et ce, en créant une commission spéciale indépendante et impartiale sur cette hécatombe nationale.

Le suicide est une tragédie qui brise beaucoup trop de vies et de familles. Chaque suicide touche 135 personnes en moyenne, dont 15 à 30 profondément affectées. Chaque année, plus de 1000 Québécois sont victimes du suicide — trois par jour — et près de 30 000 attentent à leur vie, souvent avec séquelles graves. C’est intolérable!

Le suicide n’est pas une fatalité. C’est une tragédie évitable. En tant que proches aimants de victimes du suicide, nous avons été témoins du chaos qui règne actuellement dans le système de soins en santé mentale au Québec. Nous avons étudié les dernières recherches et pratiques probantes. Les experts et les survivants sont unanimes : il existe de vraies solutions pour vaincre le suicide. Certains ont réussi là où le Québec a lamentablement échoué.

Le Royaume-Uni a actuellement le plus bas taux de suicide jamais vu. Facteur important de cette réussite : le plaidoyer des endeuillés dont les expériences personnelles ont engagé les dirigeants et les médias. En 2001, le Henry Ford Health System de Détroit aux États-Unis s’est fixé comme objectif zéro suicide — objectif atteint huit ans plus tard. En deux ans, le taux de suicide avait déjà chuté de 75%.

Et ce ne sont là que deux exemples des initiatives qui permettent à des personnes souffrantes de retrouver leur vie d’avant.

Comme société, nous avons l’obligation morale d’utiliser toute l’information et tous les moyens disponibles a n de prodiguer les meilleurs soins à toute personne malade, à tout être humain en détresse, et ainsi mettre un terme à ce terrible éau qu’est le suicide. Pour ce faire, nous devons compter sur la bienveillance de tous et rester unis face au suicide.

En janvier 2019, nous avons rencontré la ministre de la Santé et des Services sociaux ainsi que les porte-paroles officiels des partis d’opposition en matière de santé. Nous avons demandé à votre gouvernement d’entreprendre des actions concrètes pour la protection des personnes souffrant de pensées suicidaires et l’amélioration des soins en santé mentale.

À l’issue du Forum Adultes et santé mentale d’octobre 2019, nous avons été ravis d’entendre la ministre Danielle McCann affirmer que « trois décès par suicide par jour [au Québec], c’est inacceptable ». Aussi, la stratégie nationale de prévention du suicide annoncée par votre gouvernement pour 2020 a été chaudement accueillie par les milliers de personnes qui nous appuient sur les réseaux sociaux.

Il va sans dire que cette initiative tombe à point nommé. Toutefois, nous sommes inquiets quant aux solutions qui seront privilégiées. C’est pourquoi nous croyons nécessaire d’instaurer une commission spéciale indépendante et impartiale qui se penchera sur les plus récentes études scientifiques, les pratiques probantes, ainsi que le vécu des intervenants, survivants, endeuillés et proches aimants, ceci afin de mettre en lumière les lacunes de notre système et de formuler de sages recommandations pour l’élaboration de la meilleure stratégie nationale possible.

En donnant une voix à nos disparus, nous espérons éviter à d’autres familles québécoises le drame humain que nous avons vécu. Nous le devons à la mémoire de nos filles, nos fils, nos sœurs, nos frères, nos conjointes, nos conjoints, nos mères et nos pères qui sont décédés parce qu’ils étaient souffrants et malades. Nous avons besoin de vous à nos côtés.

Martine Brault,

Porte-parole,

Mouvement des endeuillés du Québec