Pierre-Paul Noreau
Le Droit existe pour ses lecteurs, rappelle Pierre-Paul Noreau.
Le Droit existe pour ses lecteurs, rappelle Pierre-Paul Noreau.

Merci, merci, merci, chers lecteurs!

MOT DU PRÉSIDENT / En guise de dernier mot, je veux, très chers lecteurs, vous rendre hommage et vous remercier de votre fidélité, de votre appui et des généreux témoignages reçus pour me souhaiter une belle retraite.

Vous savez, c’est pour vous que nous sommes là. L’ensemble des énergies dépensées et des initiatives lancées depuis le 1er juillet 2015 alors que j’entrais en fonction, l’ont toujours été pour tenter de répondre le mieux possible à vos attentes et à vos besoins.

Je vous l’avoue d’emblée, j’ai reçu comme un grand privilège l’offre qui m’a été faite à l’époque de prendre la direction du Droit, une institution à la riche et noble histoire, notamment en raison des luttes épiques auxquelles elle a été associée pour la défense des droits des Franco-Ontariens.

Votre accueil a alors été des plus chaleureux. Que ce soit par lettre, courriel, téléphone ou en face à face, vos mots de bienvenue et vos souhaits de succès ont été des plus stimulants. Et à chaque invitation d’une association, d’un club, d’un regroupement ou d’un comité, j’ai eu l’impression d’être reçu comme un ami ou un membre de la famille.

Je me souviens d’ailleurs avoir réussi à ne pas refuser une seule invitation au cours de ma première année en poste. J’avais le goût de vous connaître et de vous entendre. J’ai donc eu la chance de vite prendre conscience de l’importance du Droit pour la communauté francophone de la région de la capitale nationale.

Et heureusement, il y avait à mes côtés, une valeureuse et talentueuse équipe pour vous offrir de l’information de très grande qualité, des produits publicitaires de haut niveau et d’une redoutable efficacité, et un service à la clientèle hors pair. Ensemble, au fil des dernières années, nous avons travaillé à faire plus et à faire mieux pour vous.

Pour élargir notre offre de contenu et pour mieux vous rejoindre et vous servir, nous avons lancé notre Application Le Droit et, tour à tour, les magazines Le Droit AFFAIRES et Le Droit FAMILLE.

Pierre-Paul Noreau en compagnie du nouveau directeur général de la coopérative des travailleurs du Droit, Éric Brousseau.

Encore là, votre réponse à ces initiatives a été enthousiaste. Nos partenaires d’affaires ont répondu en grand nombre à nos invitations à venir nous rencontrer aux 5 à 7 marquant chaque édition consacrée au milieu entrepreneurial.

Je quitte donc heureux et satisfait du chemin parcouru au fil de ces années passées à la vitesse de l’éclair.

Malgré le contexte extrêmement difficile dans lequel sont forcés d’évoluer les médias dont la survie est menacée par l’effet déstabilisateur des géants de l’Internet et des médias sociaux, l’équipe du Droit a réussi à resserrer ses liens avec la communauté de multiples façons. Il n’a en effet jamais été question de rester les bras croisés dans nos bureaux à attendre que ça s’améliore. Nous nous sommes donc retroussé les manches.

Impliquez-vous !

À mes yeux, le passage du Droit au modèle coopératif arrive à point nommé. En donnant la possibilité aux lecteurs et aux partenaires d’affaires de devenir des coopérants du Droit, l’équipe vous lance l’invitation de vous impliquer, de participer et d’avoir de l’impact sur nos choix.

Le Droit existe pour ses lecteurs dans une optique claire et affirmée de service public et dans le respect des normes journalistiques les plus élevées. Mais entendons-nous bien, ceci ne veut pas dire être plate, ne pas savoir vous faire sourire, vous surprendre ou vous donner furieusement envie de partager nos contenus.

Nous avons toujours de grands défis devant nous, dont le plus important est sans conteste celui de conserver votre confiance et de vous démontrer notre pertinence dans votre vie.

Je pars enfin rassuré parce que mes collègues sont des professionnels d’un fort calibre. Ils ont un profond attachement pour leur journal et ils réunissent tout le talent qu’il faut pour poursuivre la belle aventure du Droit pour de très nombreuses années encore.

À mes collègues et amis Éric Brousseau et Patrick Duquette, le premier comme directeur général et le second, comme président du Conseil d’administration, je lève mon chapeau pour leur implication et je leur souhaite, ainsi qu’à l’ensemble des mes collègues du journal, le meilleur et le plus étincelant des succès.

À vous tous, chers lecteurs, que l’année 2020 vous comble de ses largesses et de ses bontés. Et merci du fond du cœur de votre confiance et de votre appui au cours des dernières années. Longue vie au Droit !