Dans cette course bien particulière qui déterminera l’Ontario des prochaines années, Le Droit appuie l’élection d’un gouvernement néo-démocrate.

Pour le NPD

ÉDITORIAL / Dans cette course bien particulière qui déterminera l’Ontario des prochaines années, Le Droit appuie l’élection d’un gouvernement néo-démocrate.

Un gouvernement du NPD assurera à tous les Ontariens, et aux Franco-Ontariens en particulier, un large éventail de politiques et de programmes qui sont mieux détaillés et mieux évalués que celui de leurs adversaires progressistes-conservateurs.

Évidemment, ce choix fait abstraction des libéraux dont la cheffe Kathleen Wynne a — oh surprise ! – déjà admis qu’elle ne sera pas première ministre au lendemain de l’élection du 7 juin. Les libéraux font face au rouleau compresseur de l’opinion publique : localement, Nathalie Des Rosiers, Marie-France Lalonde, Bob Chiarelli et Yasir Naqvi méritent un meilleur sort que le discrédit d’une population qui souhaite un profond changement. Le plan libéral se heurte à trois grands obstacles : la désaffection concernant Hydro One, les tarifs d’électricité, et plus généralement encore, un appétit insatiable pour le changement après 14 années de régime libéral. Ils ne peuvent rien pour la gestion d’Hydro One (malgré l’engagement des conservateurs à cet effet), et ils ont déjà agi sur les tarifs d’électricité. Tous leurs engagements, aussi bien recherchés puissent-ils être, passent inaperçu. Le Parti libéral risque même de perdre son statut de parti officiel à l’Assemblée législative. 

Souhaitons que l’Université de l’Ontario français, le parachèvement du réseau scolaire, le taux de 5 % d’immigration francophone et des projets disparates comme la Maison de la francophonie d’Ottawa procèdent malgré tout.

Le Parti progressiste-conservateur a traversé monts et vallées depuis janvier et ce n’est qu’au terme d’une hâtive course à la direction que Doug Ford s’est hissé à sa tête. Après un début de campagne qui avait des airs de Donald Trump, il a modéré son ton depuis, à coup de nombreux « My friends » et de grosses promesses non évaluées. Il a ainsi mené une course tronquée et le mot d’ordre s’est rendu jusque dans les circonscriptions. Ainsi, Amanda Simard a évité les débats publics dans Glengarry-Prescott-Russell, disant préférer les échanges à la porte des contribuables. Les conservateurs, s’ils l’emportent, l’auront réussi malgré les principes d’une démocratie franche et ouverte, et cela est hautement regrettable. 

Les engagements de M. Ford n’ont pas fait l’objet d’une évaluation des coûts et bénéfices. Baisser le prix de l’essence de 10 cents le litre ne durera pas ; les pétrolières absorberont cette réduction au fil du temps. Réduire l’impôt de la classe moyenne doit coûter 2,3 milliards $. Toutes leurs mesures financières coûteront plus de 7 milliards $, sans explication d’où viendra l’argent autrement que par « des efficiences budgétaires » similaires à ce que Doug et Rob Ford ont mis en place lorsque le second était maire de Toronto. Il ne faut pas trop s’y fier.

Pour un parti qui entend vivre à l’intérieur de ses moyens, toutes ces entourloupettes financières sont un peu de la poudre aux yeux. Mais quand il y a volonté de changement, la population ne regarde pas toujours le fin mot des engagements électoraux. 

Le NPD y va aussi de ses pirouettes, comme celle de faire marche arrière sur la vente d’Hydro One, une affaire de 10 milliards $ que le parti peine à expliquer comment il s’y prendra. Il propose aussi un plan de garderies à 12 $ par jour. Cela doit coûter 2,8 milliards $. Ce plan, copié sur celui du Québec, s’avère une bonne idée mais il vaut mieux y aller mollo au début. Dans l’ensemble, le plan du NPD est mieux défendu et mérite la confiance des électeurs, en l’absence des libéraux de Kathleen Wynne.