Audacieuse Pauline

La première ministre du Québec, Pauline Marois, vient d'annoncer que son gouvernement était prêt à allonger jusqu'à 115 millions$ pour l'exploration du potentiel pétrolier de l'île d'Anticosti. Alors que les rumeurs d'élection s'intensifient au Québec, le moins que l'on puisse dire, c'est que Mme Marois ne manque pas d'audace.
Il aurait été très facile pour elle de retarder de quelques mois toute décision à ce sujet. Elle ne l'a pas fait et c'est tout à son honneur.
L'exploration du sous-sol dans l'estuaire du fleuve Saint-Laurent est une opération périlleuse. Le forage de puits en eau froide est plus risqué, au plan environnemental, que dans le golfe du Mexique, par exemple. Et la beauté sauvage de cette île appelle à la prudence.
La position de Mme Marois ne surprend cependant pas outre mesure. Déjà pendant la campagne électorale de l'été 2012, elle laissait la porte de l'exploration pétrolière grande ouverte, au grand dam du lobby environnementaliste.
Voici qu'elle confirme franchir un pas de plus dans la direction d'une exploitation future du potentiel pétrolier, s'il s'avère.
Compte tenu de l'attachement théorique des Québécois aux questions environnementales, la décision de Pauline Marois pourrait lui faire perdre des votes. Elle a choisi de faire avancer le Québec.