Notre vie privée, c'est de nos affaires!

Nous fournissons énormément d'information sur nous-mêmes lorsque nous communiquons, payons nos factures, effectuons des achats et même essayons de trouver l'amour sur Internet. Que dire aussi des objets connectés : bracelets d'activité physique, montres cellulaires, électroménagers connectés à des réseaux Wi-Fi ? Ces renseignements personnels qui nous identifient et nous distinguent des autres sont-ils adéquatement protégés ? Savons-nous ce que les entreprises en font réellement ?
Pour plusieurs, accepter les politiques de confidentialité se fait machinalement. Les informations recueillies permettent de mieux vous servir, mais servent surtout à créer votre profil virtuel et à cibler vos goûts, sans oublier qu'elles peuvent être vendues à des tiers. Cela peut être pratique, mais comporte aussi des effets pervers : les entreprises peuvent ainsi prédire ce que vous pourriez aimer et être tenté d'acheter, même influencer votre opinion, dans certains cas. 
Ce n'est pas sans raison que vous voyez apparaître sur vos différents fils sociaux des publicités qui correspondent à vos recherches et lectures en ligne. Vos renseignements personnels ont une valeur : c'est le prix que vous payez lorsque vous utilisez les réseaux sociaux ou différentes applications. Il est donc recommandé de ne transmettre que les informations nécessaires au fonctionnement ou à l'inscription.
Bien que les entreprises affirment garantir la protection de vos données, vous n'êtes pas à l'abri d'un individu mal intentionné voulant créer une copie de votre profil virtuel grâce à des fragments de renseignements personnels ramassés ici et là. Raison de plus pour paramétrer vos comptes afin que seuls vos « amis » aient accès à votre contenu ! 
En dépit de cela, rappelez-vous qu'Internet est permanent et que ce que vous y faites a des répercussions sur votre vie réelle. Se faire voler son identité dans le cyberespace peut véritablement entacher la réputation d'une personne... et ses finances. Selon un rapport de 2014 du Centre antifraude du Canada, l'hameçonnage et le vol d'identité dans le cyberespace sont en constante augmentation, de même que les pertes financières des victimes reliées à ces délits. 
Les mots de passe complexes sont à favoriser ; préférez-les aux mots de passe simples, comme 12 345 ou votre date de naissance.
Faut-il cesser d'utiliser la technologie ? Certes non ! Le gouvernement du Québec a lancé, en novembre dernier, une tournée de sensibilisation à la protection des renseignements personnels et de la vie privée sur Internet auprès des jeunes du secondaire. Le porte-parole, Nicolas Ouellet, et moi-même les sensibilisons à adopter un comportement responsable sur le Web. Je souhaite que la réflexion se poursuive dans chaque foyer québécois, car les outils technologiques prennent de plus en plus de place dans la vie de tous les jours. 
En cette Journée mondiale de protection des données personnelles, il est de notre responsabilité de connaître et de comprendre les conditions d'utilisation des applications et des objets connectés, et de ne fournir que ce qui est strictement nécessaire à leur usage en s'assurant que notre identité, notre réputation et nos droits sont respectés.
L'auteure, Rita de Santis, est la ministre responsable de l'Accès à l'information et de la Réforme des institutions démocratiques