Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le conseiller Mike Duggan
Le conseiller Mike Duggan

Mike Duggan, Aylmer et la politique

À vous la parole
À vous la parole
Le Droit
Article réservé aux abonnés
OPINION / Nous sommes des citoyens du district de Deschênes qui avons eu l’occasion d’interagir avec Monsieur Mike Duggan au cours des dernières années et qui souhaitons réagir à ses récentes déclarations. Nous le faisons ici à titre privé, même si plusieurs d’entre nous sommes aussi membres d’organisations communautaires.

D’abord, accordons-lui crédit pour avoir fait avancer certains dossiers ou pour avoir livré sa « liste d’épicerie » comme il l’indique lui-même. Que ceci soit ou non attribuable à son travail de conseiller reste difficile à démontrer, mais il est compréhensible qu’il puisse, comme élu, s’en attribuer le crédit.  

Nous sommes aussi d’accord quand il indique qu’il est temps pour lui de « passer le flambeau » (Le Droit, 4 janvier 2021) en tant que conseiller du secteur Aylmer. Il affirme traîner un certain bagage qu’il attribue au fait qu’« Aylmer est un secteur très exigeant », que sa « … population est diversifiée, très éduquée et elle n’a pas peur de se mobiliser rapidement lorsqu’il y a quelque chose qui ne fait pas son affaire. » (Le Droit, 10 décembre 2020). Considère-t-il ce dynamisme comme une difficulté ou comme un atout? Ce n’est pas clair dans son affirmation.  Quand on sait qu’en 2017, il a été élu conseiller avec un maigre 18% des électeurs inscrits, il nous semble qu’un tel engagement des citoyens et de leurs organisations communautaires envers les enjeux municipaux devrait être un moyen pour s’assurer de mieux représenter les intérêts des résidents au-delà des quelques 2300 qui ont voté pour lui. Si notre engagement et notre mobilisation semblent l’avoir épuisé, c’est peut-être qu’il n’a pas su tabler sur ces forces dont tout élu devrait s’enorgueillir. Quant à savoir si les citoyens des autres secteurs ont peur de se mobiliser, on espère sincèrement qu’il se trompe et qu’ils lui feront savoir.

On ne peut enlever à Monsieur Duggan son grand intérêt pour la politique. En effet, élu conseiller municipal dans deux districts différents, intéressé par un troisième mandat dans un autre district en 2021, candidat conservateur défait aux dernières élections fédérales, il a même envisagé de créer un parti politique municipal temporaire pour les prochaines élections (Radio-Canada, ICI Ottawa-Gatineau, 19 novembre 2019). Par contre, de vouloir se présenter dans le district de Madame Myriam Nadeau tout simplement pour la déloger du conseil et de la présidence de la STO est un argument politique très discutable.  De plus, laisser entendre que Madame Nadeau aurait « …un problème avec la communauté chrétienne » (Le Droit, op. cit., 4 janvier 2021) du seul fait que selon lui elle n’aurait pas consulté la fabrique de la paroisse dans le dossier de la rue Jacques Cartier, traduit une approche douteuse de la politique. En effet, laisser entendre de telles choses non fondées ne vise qu’à créer un faux débat et polariser inutilement l’électorat en semant le doute dans l’esprit des gens.  Ces pratiques déplorables, dont certains ont abondamment abusé chez nos voisins du Sud, ne devraient pas avoir leur place dans nos démocraties.  

Les auteurs de cette lettre sont des résidents du district de Deschênes:

  • Jacques Belisle
  • Yamil Coulombe
  • Gérard Desjardins
  • France Gagnon
  • Darquis Gagné
  • Bruno Grossmann
  • Edmonde Lanteigne
  • Bernard Lauriol
  • Andréanne Léger
  • Delphine Méchin