«Depuis le premier film, en 1977, jusqu’à L’Ascension de Skywalker, la saga Star Wars de George Lucas a rassemblé plusieurs générations», raconte l'auteur du texte.

La force de Star Wars

OPINION / Depuis le premier film, en 1977, jusqu’à L’Ascension de Skywalker, la saga Star Wars de George Lucas a rassemblé plusieurs générations.

Inspirée entre autres du Seigneur des anneaux de Tolkien, elle se divise en trois trilogies qui s’échelonnent sur plus de quatre décennies. Il me semble que c’est un fait unique dans l’histoire du cinéma, non seulement par la durée, mais par l’engouement durable des fans qui dépasse la seule exploitation commerciale.

À l’instar des contes et des mythes, les films de La Guerre des étoiles sont des récits initiatiques qui évoquent le surnaturel, par la poésie, le merveilleux, la science-fiction. Cette épopée cosmique et mystique met en scène l’être humain dans un monde hostile, une galaxie lointaine, où se déroule une lutte sans merci entre les Chevaliers Jedi et les Seigneurs Sith. Au centre de ce théâtre d’affrontements, il y a la Force. On ne connaît pas l’origine exacte de cette mystérieuse énergie qui procure des pouvoirs psychiques capables d’agir sur la matière, de lire dans les pensées, de guérir les blessures et même de ressusciter, comme on le voit avec Rey et Ben, personnages centraux du dernier film.

Les Jedi s’épanouissent à la lumière de la Force qui leur permet de maintenir l’ordre dans la République et de garder l’espoir malgré les rébellions et trahisons. Comme des moines bouddhistes ou chrétiens, ils se recueillent en silence dans la méditation, luttent contre la haine et la peur, s’exercent à maîtriser leurs pensées, à garder leur cœur pur et libre, pour que la paix règne en eux et autour d’eux. Leur combat est d’abord spirituel. Ils témoignent de la responsabilité qui nous incombe de choisir entre la bienveillance et la malveillance, la vie et la mort. Il n’est jamais trop tard pour refaire ce choix, comme l’indique Darth Vador à Luke Skywalker, dans une réplique qui a marqué les esprits : « Je suis ton père ».

Les Sith recherchent le pouvoir à tout prix; ils pensent en termes de rapport de force, non de justice. Ils utilisent des moyens immoraux pour atteindre leurs objectifs. Le mal est une force non maîtrisée entre leurs mains. Ils basculent vers le côté obscur de la Force, à des fins personnelles, pour détruire et dominer. Ils sont agressifs, imbus d’eux-mêmes. C’est ce qu’incarne le dictateur Palpatine, qui parle du Destin et de la Force comme si c’était une divinité maléfique qui pervertit le bien. Nous retrouvons ces figures diaboliques dans Le Seigneur des anneaux avec Sauron et dans Harry Potter avec Voldemort.

L’évocation de la Force

Nous devons aux Jedi, comme Obi-Wan Kenobi et Yoda, la célèbre parole qui est devenue une autre réplique culte, souvent parodiée : « Que la Force soit avec toi »! 

Certains ont remarqué la similitude avec l’expression liturgique chrétienne : « Le seigneur soit avec vous »; ou la salutation de Jésus à ses disciples après sa résurrection : « La paix soit avec vous ». Pour Gary Kurtz, producteur des deux premiers épisodes de la première trilogie, l’expression viendrait de l’adieu d’origine médiévale, May God go with you : « Que Dieu vous accompagne », « Que Dieu vous garde ». 

George Lucas s’est inspiré de la Bible et du christianisme pour montrer que la lutte entre la lumière (le bien) et l’obscurité (le mal) est sans fin. Il aborde les grands thèmes qui placent l’homme et la femme au cœur d’une quête de sens et de transcendance : importance du père, de la filiation et de la transmission; fécondité de la vie plus forte que la mort; présence des défunts comme d’une sorte de communion des saints; service des autres, surtout des plus petits; foi en soi et en la Force; grandeur de l’amitié, du courage, de la loyauté. 

J’ai vu la plupart des films avec mes enfants. Ce fut un bon divertissement. Nos imaginaires se sont connectés aux mêmes images et dialogues, le regard tourné vers l’écran, l’ailleurs. Au-delà des batailles, des effets spéciaux et des gadgets high-tech, nous avons été renvoyés à ce qui fait notre humanité : la quête de bonheur jamais achevée, le sens de la vie et de la mort, la part intarissable de l’amour, la transmission d’une espérance. C’est cela aussi la magie de l’univers Star Wars, cette complicité entre les générations, ce lien fraternel qui nous construit « sur la terre comme au ciel ».

L'auteur du texte est Jacques Gauthier de Gatineau.