Que ce soit pour la marche ou le vélo, la CCN rend l’utilisation du grand nombre de routes, promenades et sentiers dont elle s’occupe plus facile et plus agréable pour les résidants et les visiteurs.
Que ce soit pour la marche ou le vélo, la CCN rend l’utilisation du grand nombre de routes, promenades et sentiers dont elle s’occupe plus facile et plus agréable pour les résidants et les visiteurs.

La CCN à l’aide des résidants

OPINION / La Commission de la capitale nationale (CCN) peut dire avec fierté qu’elle encourage depuis toujours un mode de vie sain dans la capitale. Que ce soit pour la marche ou le vélo, elle rend l’utilisation du grand nombre de routes, promenades et sentiers dont elle s’occupe plus facile et plus agréable pour les résidants et les visiteurs.

Pensons seulement aux populaires vélos-dimanches, à l’occasion desquels elle ferme, depuis un demi-siècle, les promenades panoramiques de la capitale pour que la population puisse y circuler librement les dimanches matin d’été. Des milliers de personnes en profitent, des cyclistes les plus convaincus aux petites familles en balade. Cette tradition a conquis le cœur de la capitale.

À cause de la COVID-19, nous avons l’obligation collective de trouver un juste équilibre entre prendre l’air et faire de l’exercice — et il commence à faire beau! — et suivre les directives sanitaires en restant près de chez soi et en évitant les déplacements non essentiels. À la CCN, nous avons passé le dernier mois à chercher cet équilibre.

D’une part, nous avons facilité l’accès local au réseau de sentiers en nous dépêchant de dégager la neige et la glace. Nous avons autorisé l’entrée dans la Ceinture de verdure, afin que ceux et celles qui vivent à proximité puissent s’y rendre.

D’autre part, nous avons fermé nos stationnements pour décourager les personnes qui doivent prendre l’auto jusqu’à l’entrée d’un sentier — ce qui constituerait un déplacement non essentiel.

Si un lieu extérieur devient une destination en soi, alors il attire les foules. Ce serait contraire aux directives sur la proximité du domicile et sur l’éloignement sanitaire, qui sont primordiaux pour freiner la propagation de la COVID-19. Cela dit, nous comprenons que les résidants des zones densément peuplées trouvent difficilement des endroits où faire de l’exercice près de chez eux, tout en restant à saine distance les uns des autres.

Voilà pourquoi, dès ce weekend, nous avons fermé la promenade de la Reine-Elizabeth à la circulation, là où la densité de la population est la plus élevée. En bloquant l’accès automobile de 8 h à 20 h, entre les avenues Laurier et Fifth, nous avons espéré donner aux personnes qui habitent dans ce secteur la chance de se promener à pied ou à vélo tout en suivant les règles d’éloignement sanitaire.

La mesure du succès de ce projet pilote de neuf jours est plutôt inhabituelle. Il sera fonction non pas du nombre de participants, mais de leur provenance (le révéleront l’absence ou la présence d’impact sur la circulation et le stationnement dans les rues avoisinantes) et du respect des règles de fermeture et des directives de santé publique.

Bref, si le projet est bien utilisé, ce sera une réussite et il pourrait se prolonger. Sont donc bienvenus les résidants du coin uniquement.

Les résultats du projet pilote, l’évolution des consignes sanitaires et d’autres facteurs pourraient influer sur la décision d’adopter, pour les promenades de la CCN, une approche comme celle des vélos-dimanches cette saison-ci.

Tant que durera la crise, la CCN et ses partenaires et parties prenantes collaboreront à ce qu’il soit possible d’utiliser parcs, sentiers et promenades d’une façon qui respecte les règles et favorise le bien-être physique et mental. Cependant, cet équilibre n’est pas toujours facile à atteindre et la situation change constamment.

Avec la coopération et la compréhension du public, en étant prudente face aux difficultés, en étant prête à faire des essais sans compromettre la sécurité et en s’adaptant quand il le faut, la CCN sait qu’elle pourra aider les résidants de la région de la capitale nationale pendant et après cette pandémie.

L'auteur du texte est le premier dirigeant de la Commission de la capitale nationale, Tobi Nussbaum.