Le projet Place des Peuples que présente le promoteur Gilles Desjardins n'est tout simplement « pas rassembleur », selon le Gatinois René Coignaud.

Investir différemment au centre-ville

À Gilles Desjardins, Président de Brigil,

Vous présentez Place des Peuples comme un projet rassembleur qui fera la fierté des Gatinois, tout en générant de la richesse et des emplois. Ça doit être votre legs à Gatineau et à l’Outaouais, la bougie d’allumage de la renaissance du centre-ville. Force est de constater que votre projet n’est pas rassembleur. Votre intervention durant notre campagne électorale a eu l’effet (prévisible) de galvaniser vos opposants, sans convaincre personne. Les résultats semblent démontrer que par fierté, les Gatinois, surtout au centre-ville, ont voulu vous faire payer cher ce qu’ils ont vécu comme un détournement de campagne. Nous en sommes tous perdants.

Et si vous pouviez atteindre vos objectifs différemment? Votre projet repose beaucoup sur la hauteur. Elle est requise pour l’observatoire et le restaurant au sommet, mais autrement elle ne semble pas être si essentielle. Parmi les fonctions de place publique, d’hôtels, d’espaces commerciaux, de bureaux et de condos, les deux derniers gagnent moins stratégiquement à être immédiatement en face du Musée canadien de l’histoire. En outre, avouons-le, l’idée d’une tour de 35 étages est déjà banale et une tour de 55 étages le sera sous peu avec les trois qui seront bâties à Bayview et Preston/Carling.

Pourquoi alors ne pas investir différemment? Pourquoi ne pas concentrer les fonctions de place publique, d’hôtel-boutique et de commercial en face du Musée et faire le reste ailleurs? Pourquoi ne pas miser sur autre chose que la hauteur pour créer de l’exceptionnel? Lancez un concours qui créera de la fierté et l’appropriation par la communauté, comme pour le redéveloppement des plaines LeBreton. Ma suggestion sera de bâtir en bois, en mettant en valeur le maximum d’essences d’arbres québécois et plus particulièrement de l’Outaouais, pour honorer un pan important de notre patrimoine.

René Coignaud, Gatineau