«Comme vous le savez, les résidents des Îles-de-la-Madeleine entretiennent des liens socioéconomiques très étroits avec vos concitoyens, et ce, depuis toujours. Ces relations de réciprocité bénéficient à l’ensemble des communautés maritimes de l’Atlantique et consolident nos liens», écrit le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, aux premiers ministre des provinces maritimes.
«Comme vous le savez, les résidents des Îles-de-la-Madeleine entretiennent des liens socioéconomiques très étroits avec vos concitoyens, et ce, depuis toujours. Ces relations de réciprocité bénéficient à l’ensemble des communautés maritimes de l’Atlantique et consolident nos liens», écrit le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, aux premiers ministre des provinces maritimes.

Incluez les Îles-de-la-Madeleine dans la «bulle Atlantique»

POINT DE VUE / Messieurs les premiers ministres des provinces de l’Atlantique, je vous écris pour vous sensibiliser à un enjeu important pour l’archipel des Îles-de-la-Madeleine, alors que vous semblez vous apprêter à accueillir les municipalités régionales de comté (MRC) d’Avignon et du Témiscouata au sein de la bulle atlantique.

Ce changement qui, selon les médias, pourrait se faire dès la semaine prochaine, permettrait une reprise des activités économiques liées au tourisme, profitables autant aux entreprises et citoyens du Nouveau-Brunswick et des provinces voisines que des deux régions bordant les frontières du Québec.

Comme vous le savez, les résidents des Îles-de-la-Madeleine entretiennent des liens socioéconomiques très étroits avec vos concitoyens, et ce, depuis toujours. Ces relations de réciprocité bénéficient à l’ensemble des communautés maritimes de l’Atlantique et consolident nos liens. Comme vous le savez également, le profil sanitaire et épidémiologique de notre communauté est similaire à celui des provinces atlantiques, sans aucun cas de transmission communautaire, puisque nous avons été très isolés et éloignés des endroits fortement affectés par la COVID-19.

Considérant que l’ouverture de la bulle atlantique à certaines régions du Québec semble imminente, je pense sincèrement que l’inclusion de notre archipel, voisin de l’Île-du-Prince-Édouard, n’aurait aucun impact sur votre situation épidémiologique.

Pour les familles dont les membres ont été séparés depuis plusieurs semaines, pour favoriser le tourisme et le rétablissement de nos liens socioéconomiques, il m’apparaît légitime et justifié que vos gouvernements respectifs évaluent la pertinence de permettre aux résidents des Îles-de-la-Madeleine de faire partie de la bulle atlantique que vous avez mise en place récemment. De cette façon, les résidents madelinots pourraient entrer au Nouveau-Brunswick, à l’Île-du-Prince-Édouard et en Nouvelle-Écosse sans devoir se mettre en quarantaine à leur arrivée. De la même manière, les résidents de vos provinces pourraient visiter notre archipel sans devoir appliquer cette mesure de santé publique à leur retour.

Je crois sincèrement que cet agrandissement de la bulle est une étape logique, et sans risque, qui peut s’insérer à votre plan de déconfinement. De plus, pour la population que je représente, cette étape serait un important pas vers le décloisonnement presque complet de notre archipel que deux de vos provinces séparent du reste du Québec.

Je suis convaincu que vous considérerez le caractère pressant de cette proposition et que vous saurez faire preuve d’ouverture et de bienveillance envers notre communauté éloignée et insulaire, en accordant à ma demande un traitement équivalent à celle des communautés limitrophes d’Avignon et du Témiscouata.