Le Minotaure, dans le Vieux-Hull
Le Minotaure, dans le Vieux-Hull

Il y aura plus de stationnement pour les clients des bars dans le Vieux-Hull

OPINION / Nous réagissons à la chronique de Patrick Duquette (Bars de Gatineau: n’en jetez plus, la cour est pleine, Le Droit, 23 juin 2020), mais aussi à l’intransigeance de quelques tenanciers du Vieux-Hull qui refusent toute solution pour un vivre-ensemble réussi entre les bars et les résidents, qui sont pourtant aussi des clients assidus des cafés et des bars du secteur. Cela donne une très mauvaise impression.

Les tenanciers connaissent depuis longtemps les nuisances qui accablent les résidents des rues résidentielles. Ils ont même participé à quelques reprises à un projet de sensibilisation (Vision Centre-ville/Association des résidents/Ville de Gatineau) qui n’a eu presqu’aucun effet sur les nuisances de bruit et de vandalisme. Éric Gaudreault, du Troquet, connaît bien le problème puisqu’il a lui-même habité le secteur et s’est déplacé ailleurs.

Le stationnement public offert par la Ville sur la rue Leduc (construit à grand coût pour favoriser le commerce au centre-ville!) est gratuit la nuit depuis longtemps, et aussi proche des bars que les rues résidentielles aux prises avec les nuisances. Or ce stationnement public est désert la nuit. Pourtant, il offre infiniment plus de stationnement que les quelques cases qui seront retranchées (à compter de 23h seulement) sur trois bouts de rues résidentielles.

La Ville a le projet de faire la promotion de ce stationnement de façon importante par de la signalisation et une forte publicité, avant la mise en vigueur des restrictions sur les rues résidentielles.  C’est un moment idéal pour offrir ce stationnement et changer les habitudes des clients puisque ces mêmes rues résidentielles seront inaccessibles tout l’été à cause des chantiers de construction et d’aménagement des rues dans le secteur.

À LIRE AUSSI: «Bars de Gatineau: n’en jetez plus, la cour est pleine», la chronique de Patrick Duquette

Les clients des bars ne seront donc pas privés de stationnement : au contraire, ils auront accès à un vaste stationnement, gratuitement, dans un endroit sécuritaire à l’abri des éléments! Et il y a plein d’autres rues adjacentes, zonées commerciales et multifonctionnelles, où ils peuvent continuer de stationner et de déambuler, sans incommoder les résidents.

Les quelques bouts de rues où on interdirait le stationnement sont entièrement résidentielles. Y vivent des familles, des aînés, des gens qui doivent se lever pour aller travailler le lendemain, certains, propriétaires, la plupart, locataires. Ayant choisi de vivre sur des rues résidentielles, ces gens n’auraient pas le droit au sommeil?

Pendant toutes ces années, nous avons été tolérants, coopératifs et pro-actifs pour tenter de régler le problème des nuisances, sans résultats. Je vous transmets un document qui décrit notre situation sur quelques rues résidentielles en périphérie du secteur ludique. Il ne s’agit pas de dérangements ou de méfaits occasionnels mais d’une situation régulière où nous sommes non seulement privés de sommeil mais contraints d’être témoins de scènes déplaisantes, souvent stressantes et de subir des dommages. L’Association des résidents, en collaboration avec les gens du secteur concerné, ont proposé un ensemble de solutions qui devraient satisfaire autant les tenanciers de bars que les résidents, et favoriseraient le développement et l’harmonie au centre-ville. 

Les tenanciers bénéficieront d’une prolongation de leurs heures de bar, les clients auront du stationnement en quantité, et les résidents subiront moins de nuisances.

Nous comprenons mal l’opposition acharnée d’un ou deux tenanciers dans ce dossier.

Les auteurs de cette lettre sont Michèle Quenneville et Jean Tourangeau, résidents du secteur Hull.