Justin Trudeau dévoile son cabinet des ministres aujourd’hui.

Et le lieutenant?

ÉDITORIAL / Justin Trudeau dévoile son cabinet des ministres mercredi. Le suspense, qui devrait être à son paroxysme, ne l’est plus alors que pas mal toutes les nominations ont été ébruitées. Cependant, la rumeur veut qu’un poste demeure vacant comme il l’est depuis 2015: celui de lieutenant du Québec.

Le job n’a rien de protocolaire. Il ne faut pas confondre avec celui de lieutenant-gouverneur du Québec, qui est le représentant de la reine dans la Belle Province. Le lieutenant du Québec ne fait pas dans les courbettes. Il est plutôt le conseiller officiel du chef de parti fédéral. Il peut y en avoir plusieurs à la fois, un par parti donc.

Au Parti libéral, M. Trudeau n’est pas très chaud à l’idée de nommer adjoint principal pour le Québec.

Sa réplique avait été fine: «À quoi ça sert d’avoir un lieutenant du Québec quand t’as un général du Québec?»

Mais si la logique pouvait s’appliquer entre 2015 et 2019, s’applique-t-elle toujours?

Il est permis d’en douter.

Le Canada est profondément divisé. Le vide de députés libéraux en Alberta et en Saskatchewan exige du gouvernement une attention toute particulière. Spécialement du premier ministre. Ce dernier aura moins de temps pour s’occuper des enjeux divers, notamment de ceux du Québec.

M. Trudeau comprend bien le Québec, de cela, personne n’en doute, mais son emploi du temps sera encore plus chargé au cours des années qui viennent. Il doit laisser aller des dossiers, et ceux du Québec sont trop cruciaux pour les laisser s’empoussiérer. Quelqu’un doit s’en charger.

Dans le passé, le poste s’est retrouvé entre des mains fort capables: Jean Marchand, Marc Lalonde, Jean Lapierre du côté libéral, Christian Paradis, Denis Lebel et... Lawrence Cannon du côté conservateur. Tous étaient des ministres senior de leur gouvernement. Tous ont bien piloté leurs dossiers, en plus de ceux de leur ministère.

Il est temps de ramener le lieutenant du Québec, afin de s’assurer du meilleur suivi possible des enjeux du Québec.