La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne

Un budget... de 10 semaines?

ÉDITORIAL / Combien de temps durera ce budget libéral à Queen’s Park ? Quelques années... ou quelques semaines ? Voilà la vraie question derrière ce plan présenté par le ministre des Finances, hier.

Le gouvernement libéral replonge l’Ontario dans l’encre rouge, et pour au moins six bonnes années. Et pas de petite façon ! Après avoir dégagé un surplus financier de 1 milliard $ en 2017, voilà que Kathleen Wynne prévoit 6,7 milliards $ de déficit cette année, et cinq autres années entre 3 et 5 milliards $. Il s’agit d’un choix audacieux, suicidaire même. Sa promesse phare, des frais de garde gratuits en 2020, ne réussira pas à la sauver tellement son gouvernement part de loin dans l’opinion publique.

Rappelons que Mme Wynne trône à moins de 20 % dans l’esprit des Ontariens et que c’est là une énorme côte à remonter.

Elle subtilise plusieurs idées à sa gauche, nommément dans le camp d’Andrea Horwath. Mais ce n’est pas la chef néo-démocrate qu’elle craint. Elle se dirige tout droit dans un face-à-face avec les conservateurs nouvellement dirigés par Doug Ford, un chef polarisant s’il en est un. S’il y a un affrontement, il est là.

M. Ford s’est bien retenu de qualifier les libéraux d’autre chose que de taxer. « Tout ce qu’ils font, c’est taxer, taxer, taxer, dépenser, dépenser, dépenser, a-t-il réagi. Les gens sont tannés ! »

Mais il s’est arrêté à peu près là. En politicien traditionnel, Doug Ford s’est engagé à rééquilibrer les finances publiques et à scruter chacune des lignes de ce budget pour identifier s’il y avait du gaspillage. Son seul engagement est de mettre fin à la taxe sur le carbone, même si cela rapporte des milliards $ au gouvernement... Bref, il n’explique pas comment, mais jure que ça se fera.

Entre temps, Mme Wynne et son ministre des Finances Charles Sousa font le plein de vote au centre-gauche.

En plus des frais de garde gratuits — un engagement de 2,2 milliards $ sur trois ans, ce qui semble bien peu par rapport à ce que le programme de garderies coûte au Québec —, le gouvernement libéral prévoit l’ajout d’un double programme d’assurance dentaire et médicaments de 500 millions $ (400 $ pour une personne seule, 700 $ pour une famille de quatre), 1 milliard $ pour l’entretien des maisons des aînés, 2,1 milliards $ sur quatre ans pour la santé mentale, 19 milliards $ en 10 ans pour les rénovations et la construction d’hôpitaux, 1,8 milliard $ pour l’appui à 47 000 adultes souffrant de santé mentale, 2,3 milliards $ sur trois ans pour réformer l’aide sociale, etc.

Vous le voyez, c’est une longue liste. Et ce n’est que le début.

Pour les Franco-Ontariens, c’était une « petite » année. Surtout, il y a un engagement pour bonifier d’environ 1,8 million $ le (nouveau) ministère des Affaires francophones, et un 4 millions $ pour le Mouvement d’implication francophone d’Orléans, mais rien de concret encore pour l’Université de l’Ontario français. Mais cela ne saurait tarder... si les libéraux sont encore au pouvoir.

Car c’est la grande inconnue de ce budget ontarien : les libéraux de Kathleen Wynne seront-ils là pour le mettre en œuvre ? Rien n’est plus nébuleux à ce moment-ci. Tout joue sur la campagne électorale qui s’amorcera dans un mois. Mme Wynne ou Doug Ford ? Avec ou sans Andrea Horwath pour détenir la balance du pouvoir ?

Voilà à quoi tient ce budget... la réponse le 7 juin 2018.