Pierre Jury
Les travaux du futur aréna Guertin sont suspendus jusqu'à nouvel ordre.
Les travaux du futur aréna Guertin sont suspendus jusqu'à nouvel ordre.

Ce qui peut aller mal...

ÉDITORIAL / Un vieux dicton dit que «ce qui peut aller mal, va aller mal». Il faut préparer le pire, et même un peu plus. Les apôtres du futur aréna Robert-Guertin auraient dû s’y fier. Car l’amphithéâtre de 4000 sièges frappe un nouvel écueil. 

Le projet, sur lequel la Ville de Gatineau planche depuis plus de 12 ans, est à court d’argent. À mots couverts, on parle d’une vingtaine de millions de dollars, sur un projet estimé il n’y a pas si longtemps à 114 millions $.

Parlons maintenant d’un coût de l’ordre de 135 millions $. Au moins. 

À LIRE AUSSI : Desjardins refuse une nouvelle offre de VMSO

Rappelons que l’on a commencé à établir de nouveaux plans pour remplacer le «Vieux Bob» autour de 60, 65 millions $. Moins de la moitié…

En février, Vision multisports Outaouais (VMSO) a concédé que le projet accusait un retard de trois à quatre mois et que les coûts avaient grimpé de 8 à 10 millions $. L’organisme, qui a entrepris la construction pour Gatineau, avait alors admis qu’il allait assumer l’augmentation de coûts. C’était d’ailleurs ce qui était dans le contrat de VMSO avec Gatineau, de manière à exempter la municipalité et le gouvernement du Québec de toute facture supplémentaire.

Devinez quoi : VMSO s’adresse à Gatineau et Québec pour payer la majoration de la facture. Pariez que Québec, qui nageait dans les surplus financiers avant la COVID-19, paiera ou à tout le moins, garantira un prêt de plus. C’est en partie dû à la pandémie.

VMSO, qui gère aussi le Complexe Branchaud-Brière, a perdu plusieurs événements lucratifs à cause de la COVID-19. Ses finances sont étirées au maximum.

«Avec la COVID-19, on nage en plein brouillard, a constaté le président de VMSO, Alain Sanscartier. On doit attendre des analyses pour avoir plus de détails mais entre-temps, on n’était pas capable de garantir qu’on aurait les fonds disponibles pour terminer le projet.»

Il faudra le savoir. Dix ou 20 millions $ de plus, ce n’est pas des peccadilles. On parle de 15 % de majoration sur un chantier
déjà cher.

Les travaux du futur aréna Guertin sont suspendus jusqu'à nouvel ordre.

Les travaux devaient redémarrer lundi, depuis l’annonce du déconfinement progressif par Québec.

Quelqu’un chez Desjardins Entreprises, qui finance VMSO, aura eu un réflexe éminemment comptable et aura avisé le gestionnaire du chantier, l’entreprise JPL, qu’elle refusait d’allonger plus d’argent. JPL a avisé tous les sous-traitants de venir chercher leurs outils. 

Le problème financier devient maintenant politique. Une autre fois. 

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, s’est fait peu loquace. Lors d’une réunion d’urgence du conseil municipal, mercredi, il s’est borné à dire aux élus qu’il y avait «des problèmes administratifs», a rapporté la conseillère Louise Boudrias.

Le maire aurait aussi dit «qu’il faudrait être là pour aider» VMSO. Ce qui irrite la conseillère.

M. Pedneaud-Jobin, qui s’est fait le chantre de la transparence, a refusé les demandes d’entrevue mercredi et jeudi.

La COVID-19 ne laisse pas entrevoir plusieurs solutions. Gatineau s’est commise envers les Olympiques, le club de la Ligue de hockey junior majeur, et envers la population qui attend les trois patinoires communautaires qui font partie du projet. L’édifice est terminé à 60 %. 

La COVID-19 fait réécrire l’histoire et il faut s’en accommoder. Elle vient de prendre le futur aréna Robert-Guertin sous son passage. Il faudra s’en faire une raison.

Comme quoi ce qui peut aller mal, va aller mal. Tout le monde aurait dû penser à ce dicton qui s’avère une vérité implacable dans ce dossier.