Amanda Simard représente LA personnalité de 2018 selon le journal Le Droit.

Amanda Simard, l’honorée de 2018

ÉDITORIAL / Comme il fallait s’y attendre, l’Ontario français occupe une large place dans le Palmarès des personnalités influentes de la francophonie canadienne, rendu public aujourd’hui. Mais de toutes celles-là, Amanda Simard, à nos yeux, représente LA personnalité de 2018.

Elle a été la seule députée franco-ontarienne élue sous la bannière du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario, lors du vote du 7 juin dernier. Mais rien ne laissait entrevoir que cinq mois plus tard, la jeune députée de Prescott-Russell quitterait son parti en fracassant la porte, protestant du même coup contre la décision de son gouvernement de mettre fin à l’aventure de l’Université de l’Ontario français et au Commissariat aux services en français. Elle a livré un vibrant plaidoyer à l’Assemblée législative de l’Ontario, avertissant les troupes de Doug Ford des problèmes qu’ils créaient au sein de la communauté franco-ontarienne. Ce témoignage touchant, ainsi que sa décision de quitter son parti, a constitué le point de mire de la crise provoquée par le gouvernement Ford, marquée par la plus large contestation franco-ontarienne de l’histoire de la province. Pas moins de 14 000 personnes sont descendues dans les rues d’une dizaine de villes de l’Ontario, ainsi que de plusieurs autres à travers le pays en geste de solidarité, pour protester contre les décisions Ford dans le cadre d’un mouvement baptisé «La Résistance».

Le mouvement de contestation est loin d’être terminé, alors que des avocats travaillent au dossier, sous la gouverne de Ronald Caza et de Mark Power. Ces 14 000 personnes ont aussi été honorées par le palmarès de Francopresse, une première parce qu’il marque la reconnaissance d’un mouvement collectif.

Les membres du jury ont également souligné le travail de Carol Jolin, président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, qui s’est avéré l’homme-orchestre de tout le mouvement La Résistance, ainsi que du jeune William Burton, qui a créé un portail Web pour les artistes francophones.

Ensemble, ces personnes ont contribué à faire bouger le gouvernement qui a réintégré les 12 employés du Commissariat aux services en français ainsi que le commissaire François Boileau au sein du Bureau de l’ombudsman, qui a recréé le ministère des Affaires francophones et qui a nommé Marilissa Gosselin conseillère aux Affaires francophones auprès du premier ministre Ford.

Mais cela ne suffit pas. Les Franco-Ontariens tiennent à ce que leurs droits soient réintégrés comme avant le «jeudi noir» du 15 novembre, date de l’Énoncé économique de l’Ontario, qui a mis fin à leurs espoirs qui n’avaient jusque là fait l’objet d’aucune remise en question. De là l’immense surprise de la communauté...

Ces quatre honorés de l’Ontario se joignent à six autres des quatre coins du pays, comme Yvonne Careen, directrice générale de la Commission scolaire francophone des Territoires du Nord-ouest, la journaliste Chantal Hébert, Louise Imbeault, nouvelle présidente de la Société nationale de l’Acadie, Justin Johnson, le Métis manitobain élu vice-président de la Fédération des communautés francophones et acadienne, Anne Leis, présidente de la Société santé en français, et le chef du groupe musical Les Hôtesses d’Hilaire, Serge Brideau.

Du lot, Amanda Simard nous apparaît comme la personnalité la plus marquante de 2018. Malgré ses 29 ans à peine, elle a écouté son coeur et ses commettants pour prendre une décision courageuse et controversée. Une décision qui, elle le savait, mettrait sa jeune carrière politique en arrière-plan. Elle est allée de l’avant malgré tout et pour ce courage, Le Droit la reconnaît comme LA personnalité de 2018 parmi les 10 honorés de Francopresse.