Dre Vera Etches, médecin chef en santé publique, Santé publique Ottawa
Dre Vera Etches, médecin chef en santé publique, Santé publique Ottawa

Deux mois plus tard : l’aplatissement de la courbe témoigne du pouvoir de la santé publique

À vous la parole
À vous la parole
Le Droit
OPINION / Comme nous continuons d’observer une baisse du nombre de cas de COVID-19 dans la collectivité, je tiens à remercier les résidents d’Ottawa de vous efforcer à respecter les directives de santé publique, notamment la distanciation physique, les bonnes habitudes d’hygiène des mains et le confinement à domicile dans la mesure du possible. Je suis toujours aussi émue et fière de faire partie de cette communauté, dont les membres ont uni leurs efforts et se sont entraidés en cette période sans précédent. Nous sommes en terrain inconnu, mais les données sont claires : les gestes que vous posez sont efficaces. Vous aplatissez la courbe. Vous sauvez des vies.

Les événements des deux derniers mois ont permis de souligner l’importance de la santé publique. La communication de renseignements pertinents en temps opportun, pour orienter l’intervention en santé publique et pour promouvoir la prévention, est au cœur de nos actions. Collectivement, nous avons pris des mesures et évité le pire scénario, qui s’est malheureusement produit dans d’autres grandes villes du monde.

À LIRE AUSSI : Santé publique Ottawa recense sept autres décès

La science est claire : les mesures rigoureuses de santé publique, à elles seules, ont permis de sauver potentiellement des milliers de vies à Ottawa. Alors que nous affrontons la plus grande crise de santé publique de notre époque, nous devons nous rappeler qu’un système de santé est efficace si les gens de la région contribuent largement à la santé publique en vue de protéger la santé et la sécurité de nos résidents et de nos collectivités.

Les professionnels de la santé publique savent que nous devons relancer l’économie et travailler avec acharnement pour éviter de subir les effets les plus négatifs des mesures mises en œuvre. La santé de notre population est déterminée par nos taux d’emploi et le soutien social qui s’y rattache. Comme nous commençons à assouplir certaines restrictions liées à la COVID-19, notamment en rouvrant des parcs et certaines entreprises, nous ne devons pas oublier que la collectivité demeure extrêmement vulnérable à une résurgence de la maladie. La plupart des gens ne sont pas immunisés contre la COVID-19, et la grande majorité de la population reste sensible à cette maladie. Avec l’assouplissement de certaines mesures, il est donc essentiel de suivre les directives de santé publique concernant la distanciation physique et le port d’un couvre-visage lorsqu’il n’est pas possible de respecter la distanciation physique.

Par ailleurs, nous devons évidemment maintenir certaines mesures en place pour protéger les personnes les plus à risque de contracter une infection grave ou de décéder. Nous avons observé un nombre disproportionné d’infections parmi les résidents et les travailleurs de la santé dans des lieux d’hébergement en commun, particulièrement dans les foyers de soins de longue durée. Nous sommes tous liés et chaque vie compte. Les personnes de tous âges peuvent développer des complications graves liées à la COVID-19; la maladie ne fait pas de discrimination d’âge.

Nous devons continuer à limiter la propagation du virus à un niveau maîtrisable dans la collectivité afin d’éviter de surcharger notre système de santé. Tandis qu’ont lieu certaines réouvertures et que nous nous habituons à vivre avec la COVID-19, nous travaillons avec les résidents, la communauté, les partenaires des soins de santé et tous les ordres de gouvernement pour nous assurer de la mise en place des nouvelles mesures élargies : le dépistage plus étendu des personnes symptomatiques, l’utilisation de la technologie pour soutenir la gestion des cas et des contacts ainsi que le port universel d’un couvre-visage lorsqu’il n’est pas possible de respecter la distanciation physique.

Les gestes que nous posons collectivement détermineront notre avenir. Plus tôt cette année, lorsque nous apprenions l’existence de cette nouvelle pandémie, j’ai mentionné plusieurs mots commençant par « P » : préparation, prévention et politesse. J’aimerais ajouter quelques mots à cette liste. Continuons d’être proactifs et pragmatiques. Je vous remercie de votre patience, de votre persévérance et de votre passion. Vous m’avez remplie de fierté.

Voilà le pouvoir de la santé publique.

L'auteure du texte est Dre Vera Etches, médecin chef en santé publique, Santé publique Ottawa.