Depuis l’arrivée de la crise sanitaire due à la COVID-19, une multitude d’OSBL d’habitation ont fait état de multiples problèmes importants auxquels ils étaient confrontés avec cette crise et de l’absence d’appuis concrets en termes de financement et de soutien organisationnel de la part de la SHQ et du MSSS.
Depuis l’arrivée de la crise sanitaire due à la COVID-19, une multitude d’OSBL d’habitation ont fait état de multiples problèmes importants auxquels ils étaient confrontés avec cette crise et de l’absence d’appuis concrets en termes de financement et de soutien organisationnel de la part de la SHQ et du MSSS.

COVID-19 et aide aux OSBL d’habitation

OPINION / À l'intention d'Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et de Mme Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux. En 1997, suite au désengagement du gouvernement d’Ottawa en matière de logement social et des années de lutte épique du FRAPRU et de ses groupes membres dont Logemen’occupe, le gouvernement du Québec mandate la Société d’habitation du Québec (SHQ) pour mettre en place le programme AccèsLogis Québec.

Ce programme vise à favoriser la réalisation de logements sociaux et communautaires pour les ménages à revenu faible ou modeste, ou encore pour des populations qui ont des besoins particuliers en habitation. Ce programme respecte les orientations de la SHQ d’accorder un soutien accru aux personnes et familles à faible revenu ou ayant des besoins spéciaux en logement. Le volet 1 du programme s’adresse à des ménages à faible revenu ou à revenu modeste; le volet 2 est réservé à la réalisation de logements permanents pour des aînés avec soutien communautaire; quant au volet 3, il vise la réalisation de logements permanents et temporaires. Il s’adresse à des populations vulnérables (familles ou bien personnes seules) qui ont besoin également de soutien communautaire afin d’assurer notamment leur stabilité résidentielle.

Selon la configuration du programme et la volonté du gouvernement de l’époque, le financement du soutien communautaire relève du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) alors que celui de la réalisation des projets de construction relève de la Société d’habitation du Québec.

Le soutien communautaire est un ensemble d’actions essentielles du programme AccèsLogis pour les volets 2 et 3. Il s’agit d’actions qui peuvent aller de l’accueil à la référence, en passant par l’accompagnement auprès des services publics, la gestion des conflits entre locataires, l’intervention en situation de crise, l’intervention psychosociale, le soutien au comité de locataires et l’organisation communautaire.

Malgré cette configuration, le financement du soutien communautaire ne va être mis en place et de façon très timide qu’au début de l’année 2008, soit plus de 10 ans après la mise en place du programme AccèsLogis et la construction de plusieurs centaines d’unités de logements en volet 2 er 3 répartis dans l’ensemble des grands centres urbains du Québec.

Malgré son importance, des dizaines d’OSBL d’habitation offrant du logement et de l’hébergement à des personnes et familles vulnérables furent complètement laissés à eux-mêmes sans aucune aide financière de l’État pour assurer cet aspect important de leur mission.

On sait maintenant que ce délai inadmissible dans la mise en place du financement du soutien communautaire fut en grande partie le résultat d’années de tiraillements entre le ministère de la Santé et des Services sociaux et la SHQ qui, de part et d’autre, se relançaient cette responsabilité.

Depuis l’arrivée de la crise sanitaire due à la COVID-19, une multitude d’OSBL d’habitation, offrant des unités dans les volets 2 et 3 et impliqués auprès des familles et personnes seules vulnérables, ont fait état de multiples problèmes importants auxquels ils étaient confrontés avec cette crise et de l’absence d’appuis concrets en termes de financement et de soutien organisationnel de la part de la SHQ et du MSSS. Avec la détresse que vivent plusieurs de leurs usagers et la fatigue de plus en plus présente de leurs équipes de travail, ces organismes essentiels sont toujours dans l’attente de mesures d’aide concrète et, encore une autre fois, laissés seuls face à leurs responsabilités.

De façon incroyable, le Réseau québécois des OSBL d’habitation (RQOH) vient de nous informer que cette aberration serait la conséquence d’une nouvelle partie de tiraillement entre le MSSS et de la SHQ. De façon complètement ahurissante, en pleine crise sanitaire alors que la situation nécessite des réponses urgentes et tangibles, ces deux institutions n’ont absolument rien appris des erreurs du passé et ont répété le même « pattern » que celui entourant la mise en place du financement du soutien communautaire entre les années 1998 et 2008 et ce, sans aucune considération des besoins exprimés et au plus grand mépris des organismes impliqués auprès des personnes et familles vulnérables que ces organismes logent.

Heureusement, à la suite des pressions de Logemen’occupe et du RQOH, on apprend qu’une table de concertation nationale, regroupant notamment le RQOH, la SHQ et le MSSS, serait incessamment mise sur pied au cours des prochains jours. 

Malgré les délais inadmissibles, nous ne pouvons que nous réjouir de cette initiative. 

Par ailleurs, nous espérons fortement que cette table sera axée vers le résultat et que des initiatives tangibles pourrons y émaner rapidement en incluant de l’aide financière. Des dizaines, pour ne pas dire des centaines d’organismes, qui offrent des services à des milliers de ménages vulnérables, sont à bout de souffle et n’ont plus le luxe d’attendre des semaines encore une réponse de l’État. Compte tenu des enjeux et de la complexité des situations, nous souhaitons également que cette initiative de concertation soit rapidement et également mise en place au niveau régional.

L'auteur est François Roy, coordonnateur de Logemen’occupe.