À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et lieu de résidence de l'auteur apparaîtront.

Trêve de cogitation !

Le ministre de l’Éducation Sébastien Proulx ne fait de cadeau à personne en refusant de soumettre l’enseignement à la maison à la Loi 101. Y aurait-il un lien entre ce refus et le retard à régler le problème des taxes payées par des francophones aux commissions scolaires anglophones ? Faut-il éviter de déplaire à son électorat ? J’ose croire que nos représentants à l’Assemblée nationale acheminent leurs taxes scolaires là où elles doivent parvenir en toute justice.

Les enfants scolarisés à la maison seront pénalisés si l’enseignement leur est dispensé dans une langue autre que la langue officielle du Québec. L’intégration est suffisamment traumatisante sans les placer dans une situation où ils risquent de subir de la discrimination. Trêve de cogitation, M. Proulx. Action !

Sylvia Gravel, Gatineau

Une fouille abusive ?

Je réagis fortement à l’article « Un grief contre la balloune » (Le Droit, 6 octobre) sur l’avis déposé en Cour supérieure qualifiant l’exigence de souffler dans l’ivressomètre de « fouille abusive ». Abusive ? Un viol des droits et libertés ? Réellement ?! Souffler pour s’assurer que vous ne blesserez ou tuerez pas quelqu’un après avoir bu ?! Rappelons que les droits et libertés dont nous jouissions au Canada sont aussi accompagnés de responsabilités. Boire et conduire ne vont pas ensemble : irresponsable, criminel même. Être un danger public après avoir bu, voilà qui est abusif ! 

Louise Dumas, Gatineau

Non à la croissance !

Incroyable la jalousie de certains ! Le correspondant Théo Martin (« Spa » mon village !, Le Droit, 10 octobre) n’est pas d accord avec l’agrandissement du Spa Nordik qui augmentera les taxes pour la municipalité en plus de créer des emplois. Son argument : cela détruit la nature. Lorsqu’une entreprise prend de l’expansion, normalement la majorité des gens sont heureux. Mais certains disent toujours non à la croissance. Il y a un péché capital que l’on nomme l’envie !  

Luc Robert, Gatineau