À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Une voix aux membres
Félicitations à Pierre Jury pour son éditorial bien senti sur l'investiture dans Ottawa-Vanier (« Jeu dangereux », LeDroit, 18 octobre), merci de donner une voix à de nombreux membres du Parti libéral de l'Ontario, mais surtout à la démocratie !
Johanne Leroux, Vanier
Précisions historiques
Le correspondant Jean-François Raynault tente de réinventer l'histoire de l'investiture de Madeleine Meilleur (« Pas surprenant », LeDroit, 19 octobre).
Lorsque Claudette Boyer a été exclue du caucus libéral, Mme Meilleur et David Merner étaient les principaux candidats de la à sa succession.
Or le comité exécutif de l'Association libérale d'Ottawa-Vanier ne voulait pas décider d'une date de mise en nomination malgré une campagne déclenchée près de deux mois plus tôt.
Jean-Jacques Blais et moi avons donc demandé au Parti libéral de l'Ontario d'imposer une date. Mme Meilleur avait à ce moment-là vendu beaucoup plus du double des cartes de membres que tous les autres candidats réunis. Elle avait l'appui des membres, gagné de façon démocratique. Le premier ministre Dalton McGuinty a donc tranché.
Ce qui est encore plus révélateur est le fait qu'à l'élection qui a suivi, la proportion du vote libéral dans Ottawa-Vanier a augmenté.
Pierre de Blois, Ottawa
Respecter les croyances !
Les religions circoncisent des petits garçons sans leur demander leur consentement et en retour elles exigent qu'on respecte leur moindre croyance capricieuse et souvent fausse.
Au Canada, il est interdit d'exciser des fillettes, alors pourquoi ne pas interdire aux Témoins de Jéhovah de refuser des transfusions de sang (« Du déjà vu », selon Gaétan Barrette », LeDroit, 19 octobre) ?
D'autant plus que cette croyance est absurde. La science nous a révélé depuis longtemps que la vie ne réside pas dans le sang, mais dans l'activité du cerveau.
Alors pourquoi la société respecterait une telle erreur ?
Les croyances religieuses doivent être encadrées tout droit et nous n'avons aucunement l'obligation de les respecter, surtout quand elles mettent en danger la vie de leurs fidèles.
Normand Rousseau, Gatineau
La question du jour
La maison des quintuplées Dionne à Gatineau: pourquoi faut-il se souvenir d'elles?