À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Réfugiés au travail
S'il y a des médecins, des infirmiers et des infirmières parmi les réfugiés syriens, leur facilitera-t-on l'exercice de leur profession?
René Thibault, Ottawa
Les moyens de Mme Goneau
Le refus de Sylvie Goneau à se rallier à la grande majorité des élus de la Ville de Gatineau sur l'adoption du budget ne surprendra pas grand monde. Une fois de plus, son opinion reflète ses ambitions de briguer la mairie lors des prochaines élections.
Il serait peut-être plus avantageux qu'elle nous démontre qu'elle a la capacité de travailler en équipe et qu'elle est capable de penser aux citoyens de Gatineau plutôt qu'à préparer sa prochaine campagne électorale.
Les citoyens de Gatineau méritent mieux...
Paul Peterson, Gatineau
Dans ma cour
Certains en sont venus à croire que le débat entourant les désormais légendaires tours Brigil devrait être tranché par un référendum. Pourquoi pas?
Je propose donc la question suivante: dans quelle partie de votre propre quartier verriez-vous ces édifices être construits? La réponse risque d'être fort éclairante, en effet.
Jean-Charles Merleau, Gatineau
Pour une consultation
Dans le projet Place des peuples, la question de savoir à qui revient l'adoption du projet se pose de plus en plus. Est-ce aux membres du conseil municipal de Gatineau ou aux citoyens?
Les premiers ont été élus il y a deux ans, alors que le projet n'existait pas. Pourquoi pourraient-ils seuls décider d'un projet avec autant d'impact? Ils ont été élus pour représenter leur quartier, mais dans des projets d'importance, c'est à l'ensemble de la population de décider.
Pour ou contre ce projet, comment peut-on s'opposer à une consultation des citoyens? N'est-ce pas l'essence de la démocratie?
Romain Van Hooren, Gatineau