À vous la parole

À vous la parole
À vous la parole
Le Droit
Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Non merci M. Cholette

La possibilité de voir Roch Cholette se présenter à la mairie n’est pas une bonne nouvelle pour Gatineau. Il a tous les droits de se présenter, mais son arrogance et son mépris pour les autres feront en sorte que la prochaine campagne électorale sera sous le signe des coups bas, de la vengeance et de l’agressivité. Tout un programme électoral en perspective. M. Cholette représentera toujours la clique libérale de l’Outaouais, celle qui, élection après élection, a négligé comme personne la Ville de Gatineau et l’Outaouais, parce que c’était tenu pour acquis qu’elle votait rouge. Les choses sont en train de changer et je doute fort que la campagne de M. Cholette, probablement axée sur les tirs de roche envers ses opposants et opposantes, n’impressionne guère ou n’atteigne sa cible. […] Maxime Pedneaud-Jobin fait un excellent travail compte tenu des moyens et des ressources à sa disposition. Il communique de façon très professionnelle et respectueuse dans les médias. Il inspire confiance, sa feuille de route est éloquente de même que son parcours politique et je n’ai jamais eu honte de lui.

Pierre Larabie, Gatineau

+

Docilité outaouaise

En réaction au « chat sort du sac » de Maryse Gaudreault (Nouvel hôpital: Le département des miracles, ce n’est pas le CISSSO, Le Droit, 28 août 2020), sachez que pour le gouvernement du Québec, CAQ ou PQ ou libéral, l’Outaouais n’est pas sur la carte. Je ne comprends pas la docilité silencieuse de la population outaouaise. Année après année, il y existe une procrastination de projets de services de santé et dans bien d’autres domaines. Et que dire de positif sur la gestion abominable du CISSSO de l’hôpital de Shawville ? Ailleurs au Québec, la population se lève pour beaucoup moins!

Marc Ryan, Embrun

+

Valoriser les femmes

Trois lettres successives de lectrices du Droit m’incitent à sortir de la retraite épistolaire que je m’étais imposée depuis l’abandon par Le Droit de ses liens historiques avec Ottawa. Je tiens à remercier Jacqueline Pelletier, Colette St-Denis et Alberte Villeneuve pour avoir si bien exprimé l’écœurement que les gens sensés ressentent en voyant des conservateurs comme Pierre Poilièvre utiliser la seule méthode qu’ils connaissent: démolir agressivement l’adversaire en faisant preuve d’aveuglement partisan. Ce sont ces mêmes conservateurs qui avaient infantilisé Chrystia Freeland en 2016, disant qu’elle «avait besoin de la supervision d’un adulte», parce qu’elle n’avait pas caché son émotion à la sortie d’une réunion avec l’Union européenne. Les femmes ont souvent des qualités politiques que les hommes n’ont pas. Elles ont plus de sensibilité et d’empathie, elles comprennent mieux ce que les gens ressentent, et leurs actions sont dès lors plus humaines. Nous avons besoin de plus de politiciennes comme Chrystia Freeland. Pour cela, il faut augmenter la confiance des femmes envers la politique. Il faut reconnaître leur valeur et non les infantiliser. C’est un autre secteur où les conservateurs ne sont pas à la hauteur.

Roland Madou, Ottawa