À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Réveillez-vous M. Ford!

Le rejet insensé de Doug Ford à l’hydroélectricité québécoise est très décevant. Tout en se concentrant sur sa bière à 1 $, la population paie des coûts d’électricité exagérés provenant de sources non renouvelables. Il y a de nombreux avantages à coopérer avec le Québec : la baisse des coûts des ménages augmenterait le pouvoir d’achat des Ontariens, de rendre ses industries plus compétitive (notamment dans le secteur automobile!) et de faire progresser les objectifs d’émissions des GES, pour n’en nommer que quelques-uns. Nous devons continuer à appliquer la pression par tous les moyens disponibles.

Mike Duggan, Conseiller municipal, Gatineau

C’est Noël, non ?

C’est ce temps de l’année où nous entendons et lisons des souhaits: de joyeuses fêtes, de bonnes fêtes, d’heureux temps des fêtes et j’ai même entendu «heureuse fête» au singulier. On semble être gêné d’utiliser le nom «Noël», cette journée qui est célébrée le 24 décembre. Même les gâteaux Vachon n’ont plus leur bûche de Noël, c’est rendu une «Bûche des fêtes». Autrefois, nous disions d’un seul coup: Joyeux Noël et Bonne heureuse année ! Pourquoi changer? Pourtant, on identifie bien les autres fêtes par leur nom comme: Joyeuses Pâques, Bonne Saint-Valentin, Bonne Saint-Jean Baptiste, Joyeuse ou Bonne Fête du Canada, etc. 

Robert M. Andre, Gatineau

Sexualité à l’école

Le gouvernement du Québec projette d’instaurer des cours de sexualité dans les écoles. Ce pourrait être un beau projet, mais c’est plutôt de l’inconscience, quand on sait qu’il y a de plus en plus de profs (25 %) qui quittent la profession durant les cinq  premières années. De moins en moins d’étudiants qui s’inscrivent en enseignement dans les universités. Tammy Verge, une ex-enseignante, n’en revient pas de la lourdeur de la tâche des enseignants d’aujourd’hui. Elle trouve insensé le fait d’enseigner l’économie et la sexualité à l’école. L’idée n’est pas mauvaise mais, encore une fois, où prendra-t-on les profs? 

Nos politiciens sont-ils déconnectés de la réalité au point de prendre des décisions purement politiques?

Pierrette Mongrain, Gatineau

***

La question du jour :

Avec la décision du juge Dumais, Le Droit devient maintenant une coopérative, dirigée par ses employés. Comment voyez-vous l’avenir du quotidien?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com