À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Qui subit ? Les enfants !
En 2014, le Québec a radié une dette de prêts étudiants de 800 millions $ ! La même année, le budget en éducation a été coupé de 900 millions $, ce qui a eu un impact direct sur le budget des commissions scolaires. En revanche, elles se sont tournées vers les citoyens pour leur manque à gagner en augmentant les taxes.
À ce Domino, on ne veut pas jouer ! Avons-nous en place des mesures concrètes et durables pour éviter d'accumuler un autre 800 millions en dette ? Sinon, d'autres coupures et hausses sont à prévoir. Manque de leadership, mauvaise gestion des fonds publics... tout ça et plus encore. Qui écope ? Vous l'avez dit, les enfants.
Patricia Tardif, Gatineau
Pas de leçon à recevoir
J'ai bénéficié du changement de commission scolaire pour payer mes taxes. Je marche la tête haute, car ce fut fait selon les lois existantes. J'acquitte mes taxes scolaires depuis 54 ans et jamais ai-je vu une dimunition de taxes, ne serait-ce que quelques sous. Et mes enfants ont fréquenté une commission scolaire en Outaouais.
Et voilà que la Western Quebec School Board accepte mes taxes à bras ouverts, à un taux tellement plus raisonnable que les commission francophones. J'en bénéficie. Je n'ai pas de morale à recevoir de qui que ce soit pour disposer l'économie réalisée (« Un don, peut-être ? », Le Droit, 7 juillet).
Le Club des petits déjeuners, c'est bien, mais moi je préfère donner ailleurs. J'encourage ceux qui le peuvent de faire comme moi. 
Jacques Henri, Gatineau
Dégoûtante maltraitance
Dans le cas tragique de maltraitance de M. Karim (Le Droit, 5 juillet), la réaction des autorités me dégoûte. Le renvoi ou le congédiement ne suffit pas. Ces mécréants devraient avoir un dossier judiciaire et être interdits à vie de prendre soin des populations vulnérables !
J'applaudis la vigilance et la réaction de la famille Nesrallah, mais je tremble en pensant au sort qui est réservé à ceux et celles qui n'ont pas les mêmes ressources ou le même soutien familial.
Entre les repas sous vide et le bain hebdomadaire, la façon dont notre société maltraite nos aînés me fait mal à l'âme...
Sylvie DuPont, Gatineau
***
La question du jour
Festivals de l'humour, Bluesfest, MosaïCanada, la région de la capitale regorgeait d'activités en fin de semaine: quelle était la plus attirante à vos yeux?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com