À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Facturer le même montant
Concernant les taxes transférées à la Western Quebec School Board pour économiser de l'argent, la solution serait de facturer le même montant aux contribuables de la Commission scolaire des Draveurs qui n'ont plus d'enfants à l'école. Ils reviendraient peut-être...
Guy Barrette, Gatineau
En groupe!
Allons tous vers la Western Quebec School Board pour diminuer les taxes scolaires!
M. Lamoureux, Gatineau
Pas responsable
L'article « La gestion de la forêt de l'Aigle compromise » (LeDroit, 5 juin) laisse l'impression que la municipalité de Cayamant est responsable des difficultés financières de la Corporation de sauvegarde de la forêt de l'Aigle (CSFA). Or, il en est tout autre.
En effet, la municipalité de Cayamant a tout mis en oeuvre afin d'apporter son aide pour la survie de ce joyau régional. S'il est vrai qu'une entente de gestion temporaire a été conclue entre la municipalité de Cayamant et la CSFA, cette dernière a mis fin unilatéralement à celle-ci. Devant cette décision unilatérale, la municipalité de Cayamant a fourni des redditions de compte régulièrement à la CSFA. Je n'ai aucune hésitation à vous confirmer publiquement que nous estimons avoir tout mis en oeuvre afin d'assurer une gestion saine et appropriée des éléments d'actif que nous nous étions engagés à gérer pendant ce laps de temps précis.
Précisons également qu'il y a en place un conseil d'administration de gens d'affaires aguerris qui sont responsables de la gestion de l'actif et du passif de la CSFA. La municipalité de Cayamant ne peut être aucunement tenue responsable des difficultés financières qui durent depuis plusieurs années au sein de la CSFA.
Chantal Lamarche, mairesse de Cayamant
Un choix politique
Le correspondant Jacques Henri écrit : «J'ai toujours été et je demeure un fier défenseur de la langue française» (‹Qu'une décision d'affaire», LeDroit, 12 juillet) malgré le fait qu'il choisisse de payer ses taxes à la commission scolaire anglophone... Hé bien non, monsieur: votre choix n'est pas qu'économique. Il est d'abord politique, ensuite incohérent.
Jean-Philippe Vachon, Gatineau