À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Où est l’esprit coopératif ?

Au moment où l’on souligne l’héritage important de Claude Béland et sa contribution remarquable au mouvement coopératif, il  est très décevant d’apprendre que le Mouvement Desjardins a décidé de ne pas embarquer dans la coopérative des employés du Groupe Capitales Médias qui veut reprendre — et sauver — les six journaux du groupe. C’est à se demander si Desjardins a encore une vision coopérative ou si, à force de vouloir se comparer aux banques, le mouvement n’a pas fini par perdre son âme... 

En tant que membre de longue date d’une caisse Desjardins, j’avoue avoir de plus en plus de peine à me reconnaître dans certaines décisions du Mouvement Desjardins qui a été pourtant longtemps le chef de file du mouvement coopératif francophone.

Marc Haentjens, Ottawa

Debout pour ma caisse

Les Caisses Desjardins subissent une pression politique croissante pour contribuer au financement des activités de Groupe Capitales Médias. Le Droit a repris les propos du maire de Gatineau, samedi lors du Gala de la Chambre de commerce. La Presse a publié mercredi un article sur le point de vue du ministre de l’Économie du Québec et aussi a partagé l’opinion de Claude Blanchet qui juge étonnante la frilosité du Mouvement Desjardins dans cette affaire. En tant que membre, j’espère que le président Guy Cormier et son équipe prendront les bonnes décisions pour protéger mon fonds de pension et mes investissements et ne pas se lancer dans des projets jugés trop risqués. Puissent-ils rester forts au milieu de cette pression et que GCM trouve d’autres moyens de s’adapter à ses défis. J’aime mon journal quotidien, mais je vous en prie, jouez de manière éthique.

Mike Duggan, Gatineau

La récupération du verre

Le recyclage du verre semble être un gros casse-tête pour l’industrie de la récupération. Nous avons pourtant une industrie experte dans le domaine au Canada : les brasseurs de bière. Plusieurs millions de bouteilles de bière circulent en ce moment même au pays. Elles s’usent. Après quelques dizaines d’utilisations, elles sont trop usées. Je ne peux concevoir qu’elles ne soient pas recyclées. Comment font-ils ? 

Gens de l’industrie du recyclage du verre : allez voir les brasseurs, votre réponse est là.

Alain Gingras, Notre-Dame-de-la-Salette

***

La question du jour :

Est-ce que l’arrivée de Johanne Beausoleil comme directrice générale intérimaire de la Sûreté du Québec rebâtit votre confiance envers le corps policier ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com