À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Allo ? Allo ? Allo ?
Pendant trois jours, j'ai placé une cinquantaine d'appels pour prendre un rendez-vous avec mon chirurgien-neurologue, mais personne ne répond. J'ai appelé au service des plaintes à l'hôpital de Hull... mais personne ne répond. Enfin j'ai voulu loger une plainte au ministère de la Santé... mais là aussi, aucune réponse.
Carol Richer, Gatineau
Horreur... sans effets
Bravo à Patrick Duquette pour sa chronique « Enquête sur la qualité des soins » (Le Droit, 7 mars) dénonçant les histoires d'horreur du système de santé en Outaouais. Mais est-ce suffisant ? Le Droit a publié maints articles tout aussi incriminants depuis des années. Rien n'a changé. Le ministre de la Santé ne fait rien, à part peut-être hausser le salaire de ses amis. Les administrateurs en Outaouais ne font rien non plus. Quelle est la portée réelle de cette dénonciation ? Elle ira sur la tablette, avec les autres. Continuez quand même votre bon travail, en dépit de l'indifférence des responsables du marasme dans lequel nous vivons.
André Delisle, Gatineau
Pas cacher, expliquer
Que faire avec le crucifix de l'hôpital Saint-Sacrement, à Québec ? On aurait dû mettre une plaque sous le crucifix en expliquant que c'est un hommage, une reconnaissance aux religieuses qui ont fondé l'hôpital.
Pierre Cléroux, Gatineau
Ne pas réécrire l'histoire
L'institution a été créée et gérée par les communautés religieuses à une époque où essentiellement tous les habitants étaient des chrétiens. Qu'on n'en place pas dans les nouveaux hôpitaux ça va, mais pour ces lieux fixés dans l'histoire, de grâce ne la réécrivons pas ! À force de vouloir éviter de déplaire à qui que ce soit, nous nous effaçons jusqu'à devenir invisible.
Marc Rhéaume, Gatineau
***
La question du jour
Étiez-vous au Grand ralliement de SOS Montfort il ya 20 ans ? Si oui, quel est votre plus beau souvenir de cette journée historique ?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com