À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
D'la grande visite ?
On attend de la visite pour le party du 150e de la fédération canadienne. Mais d'habitude quand on a un party, on fait notre possible pour se faire beau. J'ai presque honte d'inviter de la visite à Gatineau. Avez-vous vu l'état des rues, à commencer par le boulevard Maisonneuve ?
Ça fait des années que les rapiéçages se multiplient sous le viaduc de la Place du Portage, sur le viaduc en direction de la 50 au coin de Sacré-Coeur... et que dire du boulevard St-Joseph ?
Pas besoin d'y mettre des mesures d'atténuation de vitesse, les nids-de-poules se chargent de faire ralentir les automobilistes. Le boulevard Gréber n'a pas de quoi se vanter non plus - aussi pitoyable que les précédents.
La Ville de Gatineau augmente les taxes, dédie des fonds à l'infrastructure et les améliorations des routes se font attendre.
Peut-être que la population ne se plaint pas assez ou pas assez fort.
Les élus veulent qu'on emprunte le transport en commun qui fonctionne à qui mieux mieux ou qu'on se promène en bicyclette, malgré le spectre d'une population vieillissante et moins autonome. Les élus, réveillez-vous ! Soyez à l'écoute de la population, ceux qui votent pour vous.
Lucie Hurtubise, Gatineau

Encore en grève
Il est plutôt ironique de voir la ministre de la Justice Stéphanie Vallée saupoudrer du p'tit change pour promouvoir la justice de proximité en Outaouais, alors qu'elle maintient la ligne dure envers les juristes de l'État québécois, encore en grève.
D'autant plus que leurs doléances ne sont pas monétaires, mais relèvent de l'équité : comment promouvoir l'État de droit par leurs services, alors qu'on leur nie leur droit fondamental à des négociations collectives équitables ?
Ils ne demandent que l'accès à l'arbitrage.
Comment répond la ministre ? En tolérant des briseurs de grèves dans certaines unités, en abusant des désignations de services essentiels. Pas étonnant qu'on se retrouve avec des dérapages comme des requêtes sur divulgation de preuve incomplète dans les dossiers d'alcoolémie !
Vivement le remaniement !
André Dorion, Gatineau
Xxx
La question du jour
Il y a deux ans, l'attaque contre l'hebdomadaire français Charlie Hebdo: la sympathie pour la presse satyrique existe-t-elle encore?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com