À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Le dieu Argent
On n'entend jamais dire par les quelques défenseurs des tours Brigil qu'ils soutiennent ce projet pour son apport à la qualité de vie ou au charme patrimonial de Gatineau. C'est toujours parce qu'il serait bon pour l'emploi et les finances.
Cela rappelle les arguments de Stephen Harper pour son pétrole sale: si c'est bon pour l'économie, le reste on s'en moque! Les Canadiens ont rejeté cette approche.
Mais le maire Maxime Pedneaud-Jobin est à l'écoute de ses concitoyens. Je suis confiante qu'il ne sacrifiera pas Gatineau sur l'autel du dieu Argent!
Arlette Glaude, Val-des-Monts
À bas l'intimidation
Je suis perplexe devant les menaces de Gilles Desjardins à l'égard du président de la Chambre de commerce de Gatineau et à cibler les conseillers.
C'est de l'intimidation. Le promoteur est allé trop loin. Les élus prennent position en respectant le Plan particulier d'urbanisme (PPU). Et Brigil n'a toujours pas déposé son projet. Il n'a pas tous les terrains nécessaires, mais qu'une option d'achat. Le stationnement du collège Saint-Joseph appartient à la congrégation religieuse. Y aura-t-il expropriation? Tout reste théorique et appuyé sur une simple campagne de promotion.
La Ville de Gatineau ne doit pas céder à l'intimidation, aux pressions de M. Desjardins. Les règlements sont en place pour mieux servir et protéger les citoyens, pauvres ou riches. La démocratie doit valoriser les échanges dans l'ordre et la discipline. Les élus devraient pouvoir exercer la prise de décision sans contrainte, ni harcèlement ou violence.   
Richard Langlois, Gatineau
À armes inégales
Un référendum sur les tours Brigil peut être une solution. Il y en a continuellement en Suisse pour de multiples décisions. C'est démocratique.
Par contre, Brigil peut se payer toute la publicité possible. Ce n'est pas le cas des gens de l'Île-de-Hull et des organismes qui désirent conserver ce quartier patrimonial. Ce serait un débat à armes inégales.
M. Guitard, Gatineau