À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Le coût de la vision
Qu'est-ce qu'un 10,8 % de plus en impôts fonciers pour une ville comme Gatineau qui doit se mesurer à Ottawa ? Plus je lis et entends les Sylvie Goneau, Denis Tassé et autres aspirants à la mairie, plus je déplore leur manque de vision. Il y a tant à faire pour faire d'un faubourg une grande ville puisque Hull, ignorée par Québec, n'était auparavant qu'un faubourg d'Ottawa. S'il faut attendre encore pour que nos rues soient repavées, que les bibliothèques enfin une réalité ou que le Rapibus s'étende d'est en ouest, hé bien, patientons et comprenons que tout cela coûte de gros sous.  
Cessons donc de nous plaindre des taxes prévues par Action Gatineau et allons de l'avant vers une ville qui s'améliore, et pas seulement dans sa cour.
Sylvia Pelletier-Gravel, Gatineau
Pour en finir avec Amherst
Bravo au maire Denis Coderre d'avoir eu le courage et la décence d'enlever le nom du général britannique Jeffery Amherst de la toponymie de Montréal, et merci à Jean-Paul Perreault, d'Impératif français, pour ses efforts de faire évoluer Gatineau en ce sens. Finissons-en avec ce nom.
Marc Rhéaume, Gatineau
La juste part d'impôts
Le gouvernement Trudeau veut réformer les impôts pour que chacun paye sa juste part. L'idée est louable, mais à condition que cela crée une réelle équité. On ne peut pas fixer des règles simplistes basées uniquement sur les revenus. On ne peut traiter de la même façon un dirigeant d'une grosse société, jouira d'une plantureuse pension et de stock-options, et un médecin spécialiste, qui a étudié pendant 14 ans avec de faibles revenus, qui doit supporter les frais de sa clinique, et qui ne bénéficie d'aucun régime de retraite.
Si on veut être équitable, et même s'ils ont actuellement les mêmes revenus bruts, le médecin doit être moins taxé. Sinon, le risque que nos meilleurs spécialistes s'expatrient, et le temps d'attente pour en consulter un, qui est déjà beaucoup trop long, s'accroîtra. Ce n'est certainement pas cela que le gouvernement veut, mais il devrait être plus clair sur ses intentions.
Roland Madou, Ottawa
***
La question du jour
Une alerte Amber a rivé la population à la défense d'un garçonnet: comment avez-vous réagi ?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com