À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

C’est assez!

Quand on parle des métiers liés aux soins ou à l’éducation, on utilise les mots «vocation», «anges», «mission», ce qui encourage ou explique le sous-financement de ce secteur. Or ces métiers sont indispensables au bien-être de la société ! Vivement une vraie reconnaissance, à leur juste valeur, de ces nobles métiers !

Marie-Claude Girard, Cantley

***

Des aspects positifs

Deux mois déjà que je suis confiné à la maison avec mon épouse, et nous avons trouvé un rythme de vie qui nous convient. Je sais que ce n’est pas la même expérience pour tout le monde, que certaines personnes souffrent d’anxiété, d’insécurité, d’isolement, de peur. Je peux les comprendre. Et puis, il y aura l’après-pandémie, qui ne sera pas un lendemain qui chante, si je me fie aux défis économiques qui nous attendent. Je perçois tout de même des signes positifs de la pandémie de COVID-19 : moins de guerres et de pollution, plus d’entraide et de respect. La Terre s’en porte mieux. Nous sommes plus conscients de notre fragilité, plus centrés sur l’essentiel, moins arrogants et tout-puissants. Nous délaissons un peu notre côté individualiste pour penser aux autres, surtout les personnes plus vulnérables. Ce virus invisible nous force à être plus créateurs, humbles, généreux, solidaires, quitte à revoir nos priorités, améliorer le système de santé, acheter local, moins consommer. En état d’authenticité, je contemple en silence la beauté qui m’entoure. Le temps s’allonge, en accord avec mon désir d’aimer. J’écoute, je lis, j’écris, je prie, je crée des vidéos dans ma nouvelle chaîne YouTube. Je souris aux gens que je croise dans la rue, en respectant la distanciation. L’air pur me ranime, les oiseaux m’enchantent, les arbres m’enracinent dans des profondeurs où coule une source vive. Il suffit d’être.

Jacques Gauthier, Gatineau

***

Un service essentiel

Je viens de finir la lecture de l’édition du Droit du samedi 16 mai et je tenais à vous féliciter pour la qualité de cette parution. J’ai vraiment eu du plaisir à lire tous les articles et à apprécier la qualité de la mise en page. Ce que nous aimons particulièrement, depuis le début de la pandémie, c’est la section divertissement où vous avez ajouté des mots croisés, qui nous procurent un bonheur sans fin. Bravo à vous tous pour votre travail remarquable, car vous êtes un service essentiel en cette période de confinement. 

Johanne et Bertrand Tremblay, Gatineau