À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Un jeu à trois
Justin Trudeau devrait rappeler à Donald Trump que l'ALENA est un traité entre trois pays et qu'il devrait consulter le Canada quand il prend des mesures concernant le Mexique. Ce traité de libre-échange donne des droits et des obligations aux trois signataires.
Marielle Bethoux, Gatineau
Franco mis à l'épreuves
Ouf, grosses journées pour les francos.
D'abord, Jean-Paul Perreault qui ne peut pas se faire accueillir en français à la douane de l'aéroport d'Ottawa.
Ensuite, Denis Gratton qui se désole que l'on n'ait pas jugé utile de donner un nom bilingue à des événements locaux, tels que « SugarLumberFest », le « WinterBrewFest », ou la « MidnightRace ».
Ensuite, l'éditorialiste Pierre Jury qui s'inquiète de la sensibilité linguistique du nouveau président de Sénateurs d'Ottawa, un « de souche » de Toronto. Finalement, en soirée, je me rends à la Maison du citoyen pour encourager Gabriella, une jeune artiste francophone de Gatineau, Gabriella, pour me faire servir un spectacle... à 90 % anglophone.
Gaston Carmichael, Gatineau
Les frais accessoires
Tout ce que je veux c'est d'avoir accès au réseau de santé en présentant ma carte soleil. Les chicanes entre le Dr Barrette et les médecins omnipraticiens ou les spécialistes ne me regardent pas, et je n'ai pas à être pris entre les deux. On a toléré les frais accessoires durant des années, même si c'était illégal... Maintenant corriger le foutu système de santé, tout en pensant surtout au patient qui le paye par ses taxes. 
Jean-Guy Dansereau, Plaisance
Négociations éternelles
La STO et le syndicat des chauffeurs et du personnel d'entretien éterniseront leurs négociations sur 15 rencontres pendant tout le mois de février. Bien que l'on ne connaisse pas la nature du litige, il faut supposer que le fossé entre les deux parties est assez grand pour justifier 15 rencontres. Le syndicat prétend que les conditions de travail se détériorent. Peut-on en douter ? Un emploi stable rapportant facilement plus de 75 000 $ annuellement, et sans même un secondaire 5... Si vous n'êtes vraiment pas heureux de ces conditions d'emploi, démissionnez et trouvez autre chose ! Inutile d'écoeurer le peuple !
Marc-André Pelletier, Gatineau
***
La question du jour
Que pensez-vous de la peine de 15 ans derrière les barreaux pour le «père-grand-père», coupable d'agressions répétées sur deux de ses filles?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com