À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Austérité vs transport actif
Le 25 août dernier, la Ville de Gatineau a émis un communiqué annonçant des mesures pour encourager le transport actif. Il était notamment question d'embaucher un coordonnateur qui aura la responsabilité de «définir les critères pour l'ajout de trottoirs dans les quartiers existants et de réviser la politique d'entretien hivernal des trottoirs». À peine deux mois plus tard, les nouvelles mesures d'austérité à Gatineau décourageront plutôt le transport actif. («Gatineau économise dans le déneigement de ses trottoirs», 28 octobre). Si Gatineau veut économiser tout en faisant la promotion du transport collectif, il serait plus efficace de... cesser de déneiger les rues.
Bill Clennett, Gatineau
Revoir les taxes scolaires
Lorsque j'ai pris possession de ma résidence en 1990, les taxes de la commission scolaire des Draveurs représentaient environ 300 $ par an. Sur 25 ans, l'inflation devrait représenter environ 486 $, soit une augmentation de 62% sur 25 ans, une moyenne de 2,48% par an. L'an passé, l'augmentation a été de 8%. Ma maison ayant doublé de valeur pendant ces 25 ans, en suivant ce même ratio, mes taxes scolaires devraient représenter environ 600 $. Elles sont aujourd'hui à 1 540 $! Conscient que la CSD subit en grande partie la gestion budgétaire du gouvernement du Québec, j'invite les élus à mettre terme à l'approche dysfonctionnelle des taxes scolaires et l' établisse à un niveau en fonction de paramètres économiques réalistes, quitte à modifier la structure de son financement.
Michel Gingras, Gatineau
Gatineau et l'UQO
Le quotidien LeDroit a récemment fait état du développement des relations entre l'Université du Québec en Outaouais et la Ville de Gatineau. C'est là une bonne nouvelle pour notre vie ensemble ici. La recherche menée dans divers domaines sociaux, économiques et politiques par ces universitaires peut être stimulante et bénéfique pour bien des secteurs de vie et accentue l'enracinement régional de l'UQO. Bravo!
Roger Ébacher, Évêque retraité, Docteur honoris causa de l'UQO, Gatineau