À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Quelle farce !
On nous annonçait le 7 mars dernier un investissement de 2,5 millions $ qui servira à une étude et non à améliorer, dans l'immédiat, la sécurité des automobilistes sur la 50. Je n'en croyais pas mes oreilles. Je n'ai pu retenir mon fou rire. Quelle farce !
Il s'est écoulé 39 ans entre 1973, année de l'expropriation de notre terrain du secteur Montebello et l'ouverture du dernier tronçon à Montebello, en novembre 2012. À vous de tirer vos conclusions. Je doute que l'on voie un jour une autoroute digne de ce nom. 
M. Laroche, Gatineau
Les vérités alternatives
En décembre 2016, le premier ministre Philippe Couillard déclarait que le Parti libéral du Québec avait « sauvé le Québec du désastre financier. »  Nous avions de nouveau la confirmation que le PLQ est vraiment le parti de l'économie. Sauf que l'Institut de la statistique du Québec vient de publier des chiffres troublants puisque le Québec arrive bon dernier pour le revenu disponible par habitant, parmi les 10 provinces et trois territoires. Au cours des 10 dernières années, l'écart de revenu disponible entre le Québec et le reste du Canada s'est creusé d'année en année. De 87.3 % en 2005, il est passé à 82.3 % en 2015. La seule année où il y a eu un léger sursaut a été 2014, pour retomber aussitôt en 2015. Fait cocasse, le PLQ a été au pouvoir ces dix dernières années, sauf en 2014. Finalement, ce n'est peut-être pas Donald Trump qui a inventé le concept des vérités alternatives.
Gaston Carmichael, Gatineau
Sanctions trop faibles
Quelle tragédie !  Encore une fois, force est de constater que des honoraires mirobolants et avantages fiscaux ne garantissent pas de bons soins ni même des soins tout court (Le Droit, 15 mars 2017). Le problème est peut-être que les professionnels de la santé ne sont pas assez encadrés et que trop souvent les sanctions pour les manquements sont trop faibles ou inexistantes. Si, pour ses fautes, cette médecin était limitée à soigner des entorses et à recevoir le salaire minimum, elle prendrait une dose d'humanité. 
Marc Rhéaume, Gatineau
***
La question du jour
Conflit de travail à la Société de transport de l'Outaouais: Qu'en pensez-vous ?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com