À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Faute au maître
Non, ce n'est pas le pitbull qui est coupable mais son maître qui n'a pas bien dressé son animal. Ils ramènent toujours les mêmes arguments : c'est le blessé qui a provoqué l'attaque, il a envahi le territoire du chien et l'a dérangé, etc.
Combien de morts ou de blessés encore avant que le gouvernement ne mette ses culottes ? 
Luc Robert, Gatineau
Les LGBT s'exposent
Je reconnais l'existence de lesbiennes, de gais, de bisexuels et de transgenres dans notre société.
Pour moi, ce sont des accidents de la nature, mais que cette nature a tout de même créés et avec lesquels nous devons vivre en harmonie.
Cependant et contrairement à ce qui semble l'opinion de plusieurs regroupements de LGBT, multiplier les expositions publiques a comme résultat de réduire mon niveau de tolérance plutôt que de l'augmenter. Ces déploiements de fierté m'exaspèrent de plus en plus. Je ne sens pas le besoin d'applaudir chaque fois qu'ils se manifestent.
Les politiciens hésitent de moins en moins à s'afficher lors de leurs manifestations.
N'allez toutefois pas croire que c'est par conviction qu'ils le font mais plutôt pour profiter d'une visibilité et d'une tribune de plus pour se faire voir.
Bertrand Fortin, Gatineau
Vive l'hôpital !
La semaine dernière, j'ai une fois de plus vécu une expérience que je recommande à tous. Spécialement à nos élus : l'expérience « hôpital de Gatineau ».
Désorganisation, inefficacité et poireautage sont toujours au rendez-vous.
Ma fille s'était fracturé le coude. Souffrante, on imagine alors un hôpital comme un endroit où l'on trouvera réconfort, aide et soulagement.
Pas à Gatineau-Hull.
L'indifférence générale du personnel, frôlant le mépris, a transformé le séjour à l'hôpital en une épreuve en soi. Il aura fallu au moins 24 h avant que ma fille ne reçoive une attention digne de ce nom. Dans notre beau pays où il existe des lois qui criminalisent la « non-assistance à personne en danger. Peut-être le temps est-il venu de poursuivre les directions de nos hôpitaux et nos élus qui, en 20 ans, n'ont rien fait qui vaille pour changer cette outrageante situation.
Révoltant ! 
Jean Mathieu, Gatineau