À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
En l'honneur de Mauril?
La Société immobilière du Canada a donné le nom de Wateridge Village au projet immobilier qui sera aménagé sur les terrains de l'ancienne base militaire de Rockcliffe. Je ne comprends pas qu'un projet immobilier dirigé par une société de la Couronne et situé dans l'Est de la capitale nationale, à quelques pas de l'institution franco-ontarienne par excellence qu'est l'hôpital Montfort, portera un nom unilingue anglophone. Je vous invite à revenir sur cette décision mal avisée. Tant qu'à y être, je vous propose de nommer le développement en l'honneur du député Mauril Bélanger qui a piloté ce projet et qui, de son vivant, se serait battu haut et fort contre le choix de ce nom.
Liliane Beauchamp, Ottawa
Une visite partisane
La visite du maire de Québec à Gatineau n'avait qu'un but, valoriser la candidature de Maxime Pedneaud-Jobin et des qualités du parti Action Gatineau. La visite de Régis Labeaume n'avait pas pour but d'avoir des échanges sur la gestion municipale. Donc c'était partisan et les 2800 $ déboursés par la Ville de Gatineau devrait être remboursés par Action Gatineau. Le parti du maire se targue de faire de la politique autrement, hé bien qu'il passe de la parole aux actes.
Yves Durand, Gatineau
Ingérence municipale
À Maxime Pedneaud-Jobin, Maire de Gatineau,
Le maire de Québec s'est permis d'inviter les citoyens de Gatineau à voter pour Maxime Pedneaud-Jobin aux prochaines élections municipales, en novembre 2017. Il a même osé condamner le projet immobilier des tours Brigil. Faites-vous inviter par le maire de Québec et sollicitez les citoyens de Québec à voter pour le maire Régis Labeaume aux élections municipales. Vous pourriez même en profiter pour condamner la construction de la fameuse tour de 65 étages que désire construire un promoteur, le Groupe Dallaire. Les Québécois ne vous pardonneraient jamais que vous vous immisciez dans leurs affaires. Pas plus d'ailleurs que nous lui pardonnons son ingérence dans nos affaires.
Bertrand Fortin, Gatineau
***
La question du jour
Les libéraux croient que la population n'a pas d'appétit pour une réforme du scrutin: d'accord ou non?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com