À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Les États désunis
Les États-Unis portent-ils bien leur nom depuis mercredi ?
Avec un match nul au niveau du vote populaire, les déchirures entre les deux partis, et tout ce que l'on peut imaginer de discorde raciale entre autres, ils sont plutôt désunis.
Il faudra attendre le discours sur l'État de l'Union au printemps et pour l'écrire, il faudra des têtes solides pour que Donald Trump ressemble à George Washington. 
Jean-Pierre Allard, Gatineau
Une langue mensongère
Bill Clinton a failli être destitué, non pour sa relation avec la stagiaire Monica Lewinsky, mais pour avoir menti devant un tribunal.
La langue mensongère de Donald Trump, les accusations d'agression sexuelle et de malversation qui ne tarderont pas à lui tomber sur la tête risquent de le mener à une procédure d'« impeachment ».
Comme Richard Nixon, Trump pourrait préférer démissionner avant la fin de la procédure.
Le Canada n'a qu'à attendre qu'on découvre le pot aux roses.
Pascal Barrette, Ottawa
Un recomptage
Durant la campagne électorale américaine, Donald Trump n'a cessé d'accusé Hillary Clinton de tricheuse, criminelle et j'en passe, et a même mentionné qu'il l'enverrait en prison s'il est élu.
Mme Clinton devrait faire une demande d'enquête de vérification des votes dans certains États car je doute de l'honnêteté de Trump. Hillary Clinton avait peut-être l'expérience de la politique, mais a manqué de caractère vis-à-vis son rival.
Si les deux candidats avaient été des hommes, est-ce que la campagne aurait été la même ? Je ne crois pas.
Line Branchaud, Embrun

Ne l'invitons pas
Il serait sage pour Justin Trudeau et sa famille de garder une saine distance de Donald Trump, un hypocrite, menteur et un dictateur en puissance.
Maintenir strictement une relation pragmatique en affaires avec les États-Unis et surtout de ne pas inviter cet homme au Canada, sinon il pourrait avoir des difficultés pour sa réélection.
Carol Saumure, Gatineau
***
La question du jour
Comment peut-on garder la pertinence du jour du Souvenir au XXIe siècle?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com