À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

La gratuité du français

J’ai lu avec intérêt l’article de Jean-Marc Salvet («Le français, un droit pour tous», Le Droit, 11 décembre) au sujet du droit à la gratuité des cours de français pour toute personne résidant au Québec. Le dicton « tout ce qui est gratuit peut être pris à la légère » me porte à douter du bien-fondé du projet de loi du député libéral Gregory Kelley. Quiconque passe sa vie au Québec vit gratuitement en perpétuelle immersion. 

Quant aux nouveaux arrivants, l’idée est géniale à condition que les résultats soient probants. Demeure la possibilité de parfaire gratuitement son français, ce qui serait bénéfique pour des humoristes en mal de vocabulaire. 

Sylvia Pelletier-Gravel, Gatineau

Tout ça... pour ça ?

Je ne comprends pas. On va dépenser des millions pour un sixième lien uniquement pour accommoder les navetteurs durant les heures de pointe qui ne dure que 3 ou 4 heures par jour. Et avec un chauffeur qui est, la plupart du temps, seul dans son auto. 

On devrait développer ensemble le train léger pour inclure les deux côtés de la rivière des Outaouais. 

Guy LeBlanc, via Internet

Le 6e pont

Dans son éditorial «Le 6e lien : oui... mais où ?» (Le Droit, 18 décembre), Pierre Jury fait une analyse détaillée des obstacles qui se dresseraient devant la construction d’un sixième pont, et il souligne qu’un pont routier passant par l’île Kettle n’a aucune chance de se réaliser. 

Cette analyse est beaucoup plus objective que l’article de la veille de Mathieu Bélanger, qui croit comprendre de la lettre de mandat de la ministre Anita Anand que, « sur la construction d’un sixième pont entre Gatineau et Ottawa, le gouvernement fédéral vient de faire un pas de plus dans l’affirmation de sa volonté de réaliser cette infrastructure routière ». 

Je n’y vois aucune allusion à une future infrastructure routière. On y parle d’un nouveau point de passage. Rien ne dit que ce ne sera pas, par exemple, une infrastructure ferroviaire et cycliste. Elle serait nettement plus compatible avec les visées environnementales du gouvernement et elle aurait beaucoup plus de chances d’être construite rapidement.

Roland Madou, Ottawa

***

La question du jour :

Qu'est-ce qui changera à la suite du départ d'Alain Sear de la direction hockey des Olympiques de Gatineau?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com