À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Bravo Mme Wynne !
En haussant le salaire minimum et le nombre de jours de congé aux personnes au bas de l'échelle salariale, Kathleen Wynne pose des gestes qui aideront les personnes qui vivent en grande fragilité financière. Enfin des politiques pour aider les plus faibles. Bravo Mme Wynne. Le partage et la solidarité sont facteur de croissance. L'Ontario s'en trouvera plus prospère !
Gilles Marleau, Orléans
Le bilinguisme déjà exigé
Je m'en prends au professeur Daniel Jutras qui voit la nécessité d'un amendement constitutionnel pour assurer le bilinguisme des juges de la Cour suprême (« L'engagement de Trudeau suffirait », Le Droit, 31 mai). Au contraire, la Constitution, pierre angulaire de notre état de droit, l'exige déjà dans ses principes. Et la Cour se doit de le reconnaître. Le français et l'anglais sont des langues équivalentes par lesquelles le pouvoir fédéral s'exerce. L'article 16 de la Charte des droits et libertés l'assure. Dans un état de droit, la loi est l'ultime arbitre du pouvoir et de son exercice. La Cour suprême est l'institution qui dans son interprétation de la loi et son application, garantit le maintien de l'état de droit. Il va de soi que dans ce rôle essentiel, la connaissance des deux langues dans lesquelles le pouvoir s'exerce soit maîtrisée par tous ses membres.  
Jean Jacques Blais, c.p.,c.r., Ottawa
Un bon chien de garde
J'ai été très secoué par l'article « Il écrit ce qu'il veut, comme il veut » (Le Droit, 26 mai). Cela me semble une forme d'ingérence du maire Maxime Pedneaud-Jobin et de la directrice générale de la Ville de Gatineau dans le rapport de l'ombudsman.
La démocratie et la transparence de la bureaucratie sont fragiles. Nous avons quelques chiens de garde comme des commissions, des vérificateurs généraux, quelques juges, les médias et l'ombudsman. Ils sont les seuls alliés du simple citoyen.
J'ose espérer qu'on permettra toute la latitude nécessaire à notre protecteur du citoyen de faire son travail.
Raymond Guay, Gatineau
***
La question du jour
Le mouvement Ottawa bilingue a-t-il progressé, hier, avec ses ralliements et le dépôt d'un projet de loi à Queen's Park?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com