À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Je « supporte »

J’appuie le coup de gueule de Jean Poirier contre le ton rabaissant de Denise Bombardier envers les francophones hors Québec. Et je « supporte » pleinement Denis Gratton dans son « tiens toé ! » contre elle. 

Je ne crains pas d’offenser la Québécoise par cette expression du bas peuple. Elle lui sera « inintelligible ». 

Pascal Barrette, Ottawa

Merci Mme Bombardier !

Par votre sortie pompeuse et arrogante, vous avez réussi à galvaniser les francophones du Canada tout entier. En ce temps d’élection, on pourrait croire à une manœuvre politique... ou publicitaire. Ceux dont vous écorchez les accents se sont fait entendre sans renier l’origine de leur langue maternelle.  

Et vous savez quoi ? Tout le monde les a compris. 

S. Boudreault, Gatineau

Condescendance

Quel snobisme, quelle arrogance, quelle condescendance Denise Bombardier a ! Son passage à l’émission Tout le monde en parle, dimanche, m’a écœurée. 

Je souhaite vivement que son Anglo de mari puisse l’aider à descendre de son  piédestal pour aller à la rencontre des Francos de partout au pays. Ils en ont beaucoup à lui apprendre sur les valeurs humaines.

Colette Kletke, Orléans

Dépassé les bornes

Cette fois, Denise Bombardier a dépassé les bornes en crachant son mépris envers les francophones hors Québec qui font tant d’efforts pour conserver leur culture. Ces gens ont d’autant plus de mérite que nous Québécois qui avons le privilège de dire « Hé, on est au Québec ici… » lorsque nos droits sont bafoués.  

Chapeau à tous les Francos pour leur persévérance. Nous sommes de votre bord, continuons de travailler ensemble pour conserver notre langue. 

Nicole Morin, Gatineau

D’un autre côté...

Heureusement, Denise Bombardier est en voie de disparition.

Marc Lalonde, Alfred

***

La question du jour :

On dit que les débats sont cruciaux dans la décision de voter pour un candidat. Puisqu’ils sont terminés, votre idée est-elle faite maintenant ?

Envoyez vos réponses à editorial@ledroit.com