À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Aveuglés
L'aide médicale à mourir que nos gouvernements nous imposent est une pilule empoisonnée. Notre époque est tellement folle qu'elle n'est plus capable de distinguer le vrai du faux.
Voilà pour les incrédules dont le dieu de ce monde a aveuglé l'intelligence, afin qu'ils ne reçoivent pas l'illumination de la gloire du Christ.
Robert Woodstock, Gatineau
En un rien de temps
Il n'a suffi que de quelques minutes et la Chambre des communes est passée de la démocratie à la démocrassie.
René Thibault, Ottawa
L'argent d'Ottawa
Greg Fergus propose qu'Ottawa finance un projet de tramway pour le secteur ouest de Gatineau. Mais pourquoi est-ce qu'on dépend du fédéral pour ça? C'est strictement local, et Gatineau ne devrait à avoir à négocier qu'avec Québec.
Là, on devra jouer au quêteux à Québec, puis se prosterner ensuite à Ottawa. Chacun y imposera ses conditions sous peine de veto. C'est absurde.
Cela me rappelle la saga du centre multifonctionnel. Au début, c'était admissible à une subvention fédérale. Puis, Stephen Harper a changé les règles du jeu. Maintenant, Justin Trudeau dit vouloir le rendre admissible à nouveau. Québec, de son côté, dit que c'est trop cher, ou trop gros, ou trop ambitieux, ou pas assez de privé, etc.
Les villes sont coincées à naviguer dans cette administration kafkaïenne pour livrer des services au citoyens.
Gaston Carmichael, Gatineau
Trudeau videur de bars
Le premier ministre a de la difficulté à contrôler ses émotions.
On savait que Justin Trudeau s'amusait à faire de la boxe avec ses adversaires politiques. Son père Pierre avait la réputation de ne pas s'en laisser imposer non plus. Mais est-ce ce que l'on attend d'un chef d'État? Bien sûr que non.
Justin Trudeau a beau se confondre en excuses, sa lune de miel vient d'en prendre pour son rhume. Peu d'électeurs lui pardonneront de sitôt ce geste brusque à l'endroit d'une députée.
Comme avant les élections, je crois qu'il n'était pas prêt à prendre le pouvoir.
Serge Landry, Gatineau