À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Ça arrive à point
Bien d'accord avec l'éditorial de Pierre Jury sur l'Office national de l'énergie: une réforme complète de l'ONÉ sera essentielle.
Elle pourrait se faire dans le cadre de l'examen des processus canadiens d'évaluation environnementale annoncé le 15 août. Johanne Gélinas, commissaire à l'environnement et au développement durable de 2000 à 2007, préside ce comité chargé de l'examen. Ça tombe bien, ses consultations publiques commencent en septembre. L'ONÉ va passer sous sa loupe.
Quand l'ONÉ - il relève du ministre des Ressources naturelles - examine un projet de pipeline, il est enclin à le promouvoir. Il tourne un scénario de la police qui enquête sur la police.
Pascal Barrette, Ottawa
À Montfort, par contre...
Comment les docteurs Barrette et Morissette peuvent-ils encore dire que nous ne sommes pas les orphelins du Québec après qu'un coroner ait dénoncé les épouvantables délais de l'urgence de l'hôpital de Gatineau? Depuis des lunes, le CISSSO nous chante la même chanson: nous demanderons à un groupe de travail de rédiger un rapport.
Mon conjoint a dû se rendre à l'hôpital Montfort la semaine dernière lorsqu'il a eu un malaise. Quinze minutes après son enregistrement, il voyait un médecin. Il y a même une responsable des ressources humaines qui est venue nous demander si nous avions eu du bon service.
Bon sang, réveillez-vous! Le CISSSO n'a pas besoin d'un coûteux groupe de travail, ils n'ont qu'à traverser le pont et demander aux gens de Montfort comment ils s'organisent!
S. Richard, Gatineau
Ils voient tout en noir
Tout un dispositif de sécurité pour les audiences de l'Office national de l'énergie! Et qui sont ces manifestants, après tout? À quel groupe sont-ils affiliés?
Oui, s'il y a déversement, c'est la catastrophe. Mais ils voient toujours en noir, et ce n'est pas idéal non plus. 
Luc Robert, Gatineau
***
La question du jour
Comment mettre fin au fléau des textos au volant?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com