À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Le budget d'infrastructures
Considérant que la Ville de Gatineau ne peut réaliser que 50 % de son plan d'infrastructures, cela signifie que le budget est dépensé à seulement 50 %. Alors pourquoi est-ce qu'on continue à nous taxer ce 1 % si on en dépense que la moitié ? Comment est-ce possible de réaliser qu'à la veille du début des travaux qu'il y a 20 postes vacants au bureau d'ingénieurs ? Chez nous, on appelle ça de l'incompétence pure et simple.
Claude Landriault, Gatineau
Trop peu, trop tard, M. Tassé
Concernant le stationnement dans les rues du quartier Touraine, le conseiller municipal Denis Tassé mentionnait la pollution visuelle. Mais que penser de la pollution atmosphérique et sonore mais surtout la sécurité des résidants de ces rues devenues des stationnements cinq jours sur sept ? Il y a presque deux ans que je vous ai contacté à ce propos et c'est aujourd'hui, à quelques mois des élections, que vous vous dites concerné. Les gens provenant de Touraine, Côte d'Azur, Limbour, Cantley et même  Chelsea sont probablement ceux qui utilisent nos rues comme stationnement. Un sondage ne réglera pas notre problème. Il faut un stationnement à étages, comme celui planifié pour le futur aréna Robert-Guertin. Il y a eu un manque évident de vision lors de la planification du Rapibus de la Gappe. Ne répétez pas la même erreur à la station de Templeton.
Pierre Levesque, Gatineau
Vers une fermeture
Mgr Prendergast estime que l'église de Fournier ne répond à aucun des critères liés à une désignation patrimoniale, rappelle le correspondant Pascal Barrette (« Fournier et Prendergast », Le Droit, 26 avril). Ce sont probablement là les premiers pas de l'archevêché d'Ottawa vers une fermeture de l'église de Fournier ! Nous nous souvenons encore de la fermeture de l'église Notre-Dame-de-Lourdes de Cyrville, en décembre 2009. Comme disait l'abbé Kibwenge à l'époque : « Nos ancêtres nous ont donné cette église et nous n'avons pas été capables de la garder. En 1928, ils n'avaient pas beaucoup d'argent mais ils se sont serré les coudes et ils y ont tous contribué. » Pour l'archevêché, ça toujours été une question de profits... au détriment de tous ces paroissiens qui se sont « serré les coudes » !
M. Renaud, Gatineau
***
La question du jour
Sprint électoral pour la présidentielle en France: qu'attendez-vous, qu'espérez-vous?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com