À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Envoyez-nous vos courriels à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Contestation au Lac-Simon
Comment interpréter la façon dont le conseil municipal de Lac-Simon a consulté sa population en ouvrant un registre pour une seule journée, le mardi 15 septembre, alors qu'il aurait pu être ouvert pour cinq jours. À cette période de l'année, de surcroît un mardi, les deux tiers de sa population saisonnière étaient absents du processus.
Le maire prétend que c'est légal, mais est-ce vraiment démocratique?
Nous sommes très déçus de cette façon de faire. Cela manque de transparence.
Andrée Lamarche Perreault, Montréal
Les réactions face au niqab
Qu'arriverait-il si vous vous présentiez à la Laurentienne ou à une succursale Desjardins pour demander un prêt, le visage entièrement couvert d'un vêtement genre niqab? Comment réagirait le policier lorsqu'il vous arrêtait pour une infraction ou le juge vous adressant la parole en cour suprême si vous revêtiez ce même vêtement?
À ce que je comprends, le niqab n'est pas, selon la religion musulmane, un objet religieux. Ce vêtement serait plutôt une coutume adoptée... réelle ou imaginaire.
Selon Thomas Mulcair du NPD, c'est le droit de la femme de porter ce qu'elle veut. C'est son choix. Alors que dit Mulcair des établissements scolaires privés dont le port d'un costume particulier est obligatoire pour tous/toutes ses élèves depuis des décennies? Pourraient-elles refuser de le porter sans courir le risque de n'être pas admise?
Enfin, la majorité canadienne soutient l'effort du gouvernement Harper d'obliger tous ceux et celles invités à la cérémonie de citoyenneté, de le faire à visage découvert.
Guy Carisse, Ottawa
Route verte, rue Notre-Dame
Le tronçon de la Route verte passant sur la rue Notre-Dame est vraiment dangereux.
Il y a au moins une vingtaine de trous et crevasses suffisamment profonds pour envoyer valser un cycliste sur le pavé et le blesser gravement. À un certain endroit, il y a jeu d'ombre par les arbres qui rend difficile de voir les crevasses. On voit qu'il y longtemps que c'est négligé.
Quelle honte pour Gatineau, d'envoyer des touristes sur cette rue identifiée Route verte. Ça fait dur.
Marcel Spooner, Gatineau