À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.
Stationnement hullois
Le boulevard des Allumettières est devenu un long stationnement aux heures de pointe ! La congestion se situe aux carrefours giratoires. Pourquoi ? Les concepteurs n'ont pas eu une vision à long terme... Sur une distance de 700 m, il y en a trois, et six passages pour piétons (qui ont priorité, évidemment). Ce n'était pourtant pas si difficile de prévoir qu'il y aurait de plus en plus de véhicules et de piétons chaque année... 
Une question : pourquoi la passerelle au niveau de Des Grives (un éléphant blanc !) n'a-t-elle pas été planifiée au niveau de Saint-Joseph, plutôt ?
Clément Bonin, Gatineau
Et si c'était un vrai test ?
Le Québec glisse de plus en plus rapidement vers le joual, l'anglicisation et le « je m'en fous. »
L'article sur le « test obligatoire de français pour les futurs enseignants » m'a déprimé au plus haut degré (« Échec massif au premier essai », Le Droit, 18 septembre). Le ministère accorde un nombre illimité d'essais ! Imaginons le taux de réussite plonger à 25 % si on substituait les choix multiples pour un « vrai » examen d'adulte. 
Ces gens enseigneront à nos enfants ? Le pauvre frère Untel doit tourbillonner dans sa tombe. 
Jacques Dufault, Orléans
Vanier et l'Armée du Salut
Le chroniqueur Denis Gratton incite (« Marcher pour la cause », Le Droit, 19 septembre) à emboîter le pas de la marche SOS Vanier. Il répète l'affirmation que le projet de l'Armée du Salut doit être rejeté parce qu'il est trop gros. 
La montée de lait contre le projet de l'Armée du Salut peut cacher un mépris inquiétant envers des gens en détresse. Elle est alimentée par une désinformation vicieuse. Une part de l'élite francophone s'unissent à des Vaniérois apeurés, mal informés et avec, osons l'admettre, une touche de racisme. L'élite de Vanier joue un jeu très dangereux aux conséquences imprévisibles dont le désinformateur en chef, Donald Trump, serait fier. Et elle déshumanise grand nombre de francophones desservis par l'Armée du Salut. 
Pierre LeBlanc, Ottawa
***
La question du jour
Optimisme pour l'économie du Pontiac: faut-il le partager ou non?
Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com