À vous la parole 

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Notre Don Quichotte

Justin Trudeau, notre M. Selfie, s’époumone pour que le Canada ait un siège sur le conseil de la sécurité de l’ONU. Depuis l’élection du Parti libéral, il ne cesse de s’excuser et de verser des larmes pour tout et rien. Afin de démontrer aux autres pays que le Canada mérite d’avoir un siège à cette organisation inutile aussi longtemps que certains gros pays ont un droit de veto. Dernièrement notre Don Quichotte se promène (à nos frais) en distribuant des millions de nos impôts pour des causes utopiques et selon une philosophie d’un monde idéal selon une pensée occidentale.

En même temps, notre grand parleur et petit faiseur n’a depuis son élection laissé traîner la situation des autochtones de façon intolérable. Nous voici avec un problème majeur qui affecte le Canada en entier. Que fait-il ? Rien. Il parle, discute, négocie, négocie et encore négocie. Le Canada vient de découvrir qui est Justin Trudeau, un incompétent, un insignifiant, une mitaine et en fin de compte, un prof de théâtre qui aime se costumer et jouer des rôles. Même si je n’étais pas un grand supporteur de son père, j’aurais aimé sa présence aujourd’hui puisque le parle/parle, jase/jase inutile de son fils n’aurait pas duré aussi longtemps et la crise actuelle serait déjà réglée.

Dehors les libéraux et leur chef incompétent !

Allan Tremblay, Gatineau

De quoi je me mêle?

Je suis d’accord avec le ministre Mathieu Lacombe: de quoi se mêle la Ville d’Ottawa? (Loi 21: le ministre Lacombe remet la Ville d’Ottawa à sa place, Le Droit, 27 février 2020). La Loi 21 du Québec sur la laïcité de l’État, c’est notre affaire, pas la leur. Vous cherchez quelque chose à faire? Essayez donc de régler le problème des véhicules qui doivent circuler dans votre centre-ville, avec piétons, pour se rendre d’une autoroute a une autre. Du côté Québécois, deux grosses autoroutes (5 et 50) se rendent au pont Macdonald-Cartier, mais que de votre côté, c’est un centre-ville. Ça, c’est totalement ridicule, beaucoup plus que la loi 21.

Daniel Fournier, La Pêche

------------------------------------------

La question du jour

L’entente conclue dimanche mettra-t-elle fin à la crise ferroviaire ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com.